/misc
Navigation

Legault et les messages divergents

Francois Legault
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

François Legault a dû constamment corriger des messages à un bien mauvais moment. Alors que les Québécois peinent à comprendre ce que deviendra leur réalité en temps de déconfinement, les autorités qui les guident ont tiré dans toutes les directions. 

Bien sûr, il n’existe pas de manuel pour une parfaite gestion du déconfinement en pandémie. La propagation de la COVID-19 évolue d’heure en heure et constitue un défi inédit. 

Mais, pour justifier son plan de réouverture des écoles à venir, François Legault s’était livré à un plaidoyer en faveur de l’immunité collective la semaine dernière. 

Après les doutes soulevés par les autorités canadiennes, il a complètement changé son fusil d’épaule au moment d’annoncer sa stratégie lundi. Cinq nouveaux motifs étaient invoqués pour expliquer son choix, puis exit l’immunité collective. 

Il disait quand même avoir l’appui de la santé publique et se baser sur la science. 

Or, tard en soirée, l’Institut national de santé publique a publié un avis qui écorchait la stratégie du premier ministre, signalant qu’elle entraînerait «une forte augmentation de la maladie chez les adultes et de besoins en services hospitaliers». 

Pourquoi lever les barrages? 

Après avoir dévoilé son plan de réouverture des commerces, le gouvernement a annoncé la levée des barrages routiers limitant la circulation vers les régions. 

Geneviève Guilbault a eu du mal à expliquer pourquoi on ne laissait pas ces secteurs épargnés par la pandémie à l’abri des vecteurs potentiels des milieux urbains, comme le recommande un groupe de chercheurs de l’Université d’Outaouais. 

Rassemblements extérieurs 

Puis, confrontée au libellé du décret de la santé publique stipulant que les rassemblements extérieurs sont permis si les personnes se tiennent à deux mètres de distance, la vice-première ministre a dû admettre qu’il était possible de discuter entre voisins. Dès le lendemain pourtant, François Legault s’est empressé de changer le message. «Au-delà de l’interprétation des lois, là, on n’en veut pas, de rassemblements. Donc, avec vos voisins, avec vos amis, avec votre famille, là, s’il vous plaît, si on veut être capables de déconfiner, surtout à Montréal, là, pas de rassemblements».  

Il n’y avait pourtant pas eu «d’interprétation des lois», seulement un journaliste qui avait lu le décret, très clair. 

Visiblement, le premier ministre a senti que les Québécois, qui en ont marre de contempler leurs quatre murs, pouvaient voir là un prétexte supplémentaire pour se disculper de recommencer à fréquenter des proches. Les effluves de BBQ entre amis deviennent séduisants, à l’approche d’un week-end ensoleillé. 

Moins de morts? 

Dans un autre registre, c’est Horacio Arruda qui a surpris mercredi en affirmant que le nombre de nouveaux décès annoncés quotidiennement allait commencer à diminuer «de façon significative» dès la fin de la semaine. 

Là aussi, François Legault a voulu immédiatement ajuster le message. En fait, sur les 4400 personnes âgées actuellement infectées par la COVID-19 dans les résidences, une bonne proportion n’y survivra pas.  

«C’est certain qu’il va continuer d’y avoir beaucoup de décès, malheureusement, dans les prochains jours, les prochaines semaines», a-t-il prévenu jeudi. 

Malgré cette semaine plus difficile, à l’interne, l’équipe caquiste se montre très satisfaite. Ça n’a rien de surprenant, vu les taux d’appui révélés par les sondages. Des élus indécis sur le retour à l’école ont été rassurés quand François Legault a annoncé qu’il serait volontaire. 

«Les Québécois voient ce que c’est, le travail d’un premier ministre, sans le filtre des médias», a souligné un député, en faisant référence aux points de presse télédiffusés de 13 h. 

Un autre élu consulté souligne aussi que le caucus a «très confiance» en son chef. 

«Le plus grand inconfort qu’on a, c’est concernant le nombre de décès», a-t-il souligné. 

Malheureusement, il y en aura d’autres. Et le respect des consignes avec la reprise des activités sera crucial. D’où l’importance d’envoyer des messages clairs...