/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Sept sous le même toit, mais un seul déclaré positif

Coronavirus - Covid-19
Photo courtoisie Éric Lamontagne et Janick Harvey ont été surpris et soulagés de n’avoir qu’un seul cas dans la famille.

Coup d'oeil sur cet article

Un père de famille qui a contracté la COVID-19 a vécu sous le même toit que six autres personnes sans qu’aucune autre ne soit testée positive au coronavirus.  

• À lire aussi: «C’est un virus sournois»  

• À lire aussi: Faut-il craindre une deuxième vague plus virulente?  

« Quand je l’ai su, c’était paniquant. Je me demandais si j’avais pu contaminer du monde », raconte Éric Lamontagne.   

Le résident d’Oakville en Ontario se trouvait à sa résidence d’Alma au Lac-Saint-Jean pour la relâche scolaire lorsqu’il a été diagnostiqué à la mi-mars. Deux semaines auparavant, il avait partagé un repas avec plusieurs personnes à Toronto. Parmi elles, se trouvait un homme qui avait contracté le virus lors d’une partie de hockey à Racine dans les Cantons-de-l’Est.   

« Il a toussé beaucoup, mais on ne pensait pas que c’était ça », raconte sa conjointe, Janick Harvey. Avant de revenir au Québec, il avait même rencontré un médecin qui n’avait rien soupçonné.   

« On comptait les jours »  

C’est par courriel qu’il a appris que plusieurs collègues du souper de Toronto étaient malades. À ce moment, la famille a eu certaines craintes. L’un des hommes qui ont partagé le repas a même dû être hospitalisé.   

Dans les jours suivants, Janick Harvey et une de ses filles ont fait un peu de fièvre et eu de la toux. Elles ont été testées une semaine plus tard et le résultat s’est avéré négatif.   

Au même moment, les Harvey-Lamontagne hébergeaient deux autres filles, le conjoint d’une de l’une d’elles et une amie venue d’Oakville. Ils ont tous été mis en quarantaine pour 14 jours sans toutefois développer de symptômes.    

« On comptait les jours. On était particulièrement inquiets pour les parents de Janick avec qui on avait eu un souper », indique Éric Lamongne. 

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.