/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: les Hells reportent leur première parade à moto

COVID-19: les Hells reportent leur première parade à moto
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de COVID-19 a forcé les Hells Angels à faire une croix sur leur première sortie officielle à moto de l'année au Québec, qui devait se dérouler samedi prochain.  

• À lire aussi: Tous les développements sur la pandémie de coronavirus  

La puissante bande de motards, qui se fait très discrète depuis le début de la crise sanitaire, a vraisemblablement décidé de reporter à plus tard la tenue de cette démonstration de visibilité qu'elle appelle la 'First Run', a appris Le Journal.   

Selon des sources policières, les Hells et leurs nombreux clubs supporteurs n'entendent pas courir le risque de se faire coller des contraventions totalisant 1546 $ chacune pour attroupement illégal ou déplacement non essentiel par les forces de l'ordre.   

Les motards attendent possiblement que la fin du retrait progressif des barrages routiers dans la majorité des 19 régions ou secteurs du Québec où les déplacements sont réservés aux seuls résidents et aux services essentiels en raison de la pandémie.    

Le gouvernement Legault a déjà annoncé que ces restrictions devraient être levées dès le 18 mai presque partout, sauf dans le nord du Québec et sur la Basse-Côte-Nord.   

La 'First Run' est une activité obligatoire pour tous les membres en règle des Hells Angels, selon ce que stipule la charte mondiale des règlements internes de la bande.   

Les motards en profitent pour arborer leur veste ornée d'une tête de mort ailée, enfourcher leur moto — ils doivent posséder une Harley Davidson, une autre obligation pour devenir membre du club — et sillonner des routes du Québec en groupe jusqu'à un point de rassemblement donné.   

 

COVID-19: les Hells reportent leur première parade à moto
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

 

Affaires au ralenti   

Plusieurs observations de sources policières sur le terrain tendent à démontrer que les affaires tournent au ralenti pour les Hells et l'ensemble du crime organisé québécois depuis deux mois.   

Le marché de la drogue subit des variations de prix aussi importantes qu'inhabituelles, alors que le kilo de cocaïne peut se vendre jusqu'à 65 000 $ à Montréal, soit 30% de plus que le coût moyen des 25 dernières années.    

Selon l'Agence des services frontaliers du Canada, les saisies de drogues importées de l'étranger avaient chuté de 61% en mars dernier dans ses points de contrôle au pays, comparativement à mars 2019.   

De plus, les Hells impliqués avec la mafia italienne dans les paris sportifs illégaux perdent des millions de dollars chaque mois, au Québec et en Ontario, puisque la pandémie a forcé la suspension des activités de presque toutes les ligues de sport professionnel au monde.   

Le 23 avril dernier, les Hells ont aussi été déboutés par la Cour suprême du Canada dans leur dernier recours visant à annuler la confiscation par l'État de leur bunker de Sherbrooke. Le dernier repaire fortifié que la bande de motards détenait au Québec a été déclaré «bien infractionnel» par les tribunaux et pourraient bientôt être démoli.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.