/news/education
Navigation

Retour en classe: Québec fournira les masques aux enseignants

Retour en classe: Québec fournira les masques aux enseignants
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Coup d'oeil sur cet article

Québec change de cap et fournira finalement les masques aux enseignants, en plus de recommander le port de matériel de protection au niveau préscolaire.  

• À lire aussi: Un prof sur cinq absent dans la majorité des écoles  

• À lire aussi: Les commissions scolaires fourniront des masques sur demande aux profs  

Le gouvernement Legault débloquera des sommes afin que les commissions scolaires puissent fournir les couvre-visage au personnel enseignant qui souhaite en porter.    

En conférence de presse lundi, le premier ministre François Legault s’est dit conscient que certains enseignants «sont inquiets» et souhaiteraient pouvoir se couvrir le visage. Même si la santé publique ne l’a pas recommandé, «ça ne peut pas nuire», a-t-il dit.      

«Donc, on va permettre aux enseignants qui veulent porter un couvre-visage de porter un couvre-visage. L'important, c'est que tout le monde se sente à l'aise dans cette réouverture-là», a expliqué M. Legault.    

• À lire aussi: Feu vert à un retour à l’école sur trois jours  

• À lire aussi: Legault demande aux Québécois d'être indulgents  

Un guide publié lundi par la CNESST va même plus loin dans le cas d’un enseignant du niveau préscolaire. Si sa tâche nécessite d’être à moins de deux mètres d’un élève plus de 15 minutes par jour, celui-ci «doit porter un masque de procédure et une protection oculaire en tout temps».    

Demi-victoire  

Les syndicats d’enseignants exigeaient de telles mesures de protection pour leurs membres, depuis l’annonce du retour en classe la semaine dernière. Autrement, faisait valoir la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), les caissiers à l’épicerie derrière leurs plexiglas seraient mieux protégés que les enseignants.    

«Ça va rassurer non seulement les profs, mais aussi les parents d’enfants qui vont faire le choix de les retourner à l’école», a réagi lundi le président de la FAE, Sylvain Mallette.    

Même si le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, a souvent expliqué que le masque de procédure n’offre pas de protection à celui qui le porte, M. Mallette estime qu’il peut procurer un «sentiment de sécurité» aux enseignants qui choisiront de s’en prévaloir.    

La présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement se réjouit aussi de la décision de Québec, même si elle n’y voit «pas une victoire complète». Josée Scalabrini demande notamment de permettre la réouverture progressive des écoles, en accueillant un petit nombre d’élèves à la fois, afin de bien intégrer les directives de la santé publique.      

De leur côté, des syndicats locaux prennent aussi des initiatives pour protéger davantage leurs membres. Dans la région de Québec, les enseignants des commissions scolaires des Découvreurs et des Navigateurs pourront porter une visière en classe, fournie par leur syndicat, s'ils le souhaitent.    

Un autre syndicat d'enseignants de la région de Vaudreuil a aussi entrepris des démarches semblables pour fournir des visières à ses membres.    

Une décision personnelle  

Maintenant, reste aux parents à décider s’ils enverront leurs enfants à l’école. «Les parents qui préfèrent garder leurs enfants à la maison, ils n'ont pas à être gênés. C'est une décision qui est très personnelle», a souligné François Legault lundi.      

Mais la situation, assure-t-il, est «sécuritaire». «Je l'ai dit depuis le début, la journée où je vais dire "les écoles sont ouvertes", c'est parce que je pense que j'aurais envoyé mes enfants», dit le premier ministre.      

– Avec la collaboration de Daphnée Dion-Viens  

À VOIR AUSSI 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com