/news/consumer
Navigation

La pandémie change les habitudes

Les Québécois se tournent vers le « fait maison » en confinement et cuisinent plus, selon une étude

marché Adonis
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois ont opté pour le « fait maison » en cuisinant davantage, essayant de nouvelles recettes et des produits locaux, pendant le premier mois de confinement forcé.

C’est ce qui ressort d’un sondage publié aujourd’hui par l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) auprès de 1000 Québécois, pour déterminer comment changent les comportements pendant la pandémie.

« Il pourrait y avoir des impacts assez importants sur la manière dont on consomme à moyen et long terme, car ce n’est pas juste une pause passagère, ça aura des répercussions », fait valoir Fabien Durif, vice-doyen à la recherche à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM et directeur de l’OCR.

« Fait maison » 

Outre la cuisine, une statistique encore plus marquante, selon Fabien Durif, est que 37 % des personnes disent s’être tournées vers des « tutoriels » en ligne, ce qui témoigne « d’une volonté de savoir comment faire, et rapidement ». 

Cet intérêt a surtout été marqué chez les femmes et les familles, explique-t-il. Par exemple, 37 % des répondants ont aussi profité de la pandémie pour faire des réparations, 31 % pour bricoler et 30 % pour planter des légumes à la maison.

L’intérêt pour le « fait maison » s’est aussi fait sentir sur les réseaux sociaux, poursuit M. Durif, où les Québécois ont été nombreux à partager des clichés et vidéos.

« Une fois qu’on essaye certaines pratiques et qu’on les réussit, là, on peut changer un comportement », explique Fabien Durif. L’OCR mènera un autre sondage sur le deuxième mois de confinement pour voir si ces habitudes se poursuivent ou augmentent, notamment.

Nouvelles recettes 

Pas moins de 68,5 % des répondants ont affirmé cuisiner davantage, du 15 mars au 15 avril. Parmi les Québécois ayant davantage cuisiné, plus de deux sur trois ont regardé des recettes en ligne et en ont essayé de nouvelles pendant le confinement. 

Mais surtout, près de la moitié de ces répondants ont indiqué avoir essayé de nouveaux aliments.  

L’isolement et la distanciation sociale ont peut-être stimulé la dent sucrée, cependant, car près de 43 % ont dit avoir cuisiné plus de desserts. 

Plus d’un tiers des répondants a davantage mangé et grignoté lors du dernier mois.  

Produits locaux 

Fortement encouragés par le premier ministre François Legault lors de ses points de presse, les Québécois se sont tournés vers les produits locaux, du moins pour s’alimenter. 

Lorsqu’ils avaient le choix entre un produit traditionnel et un produit local, 68 % des personnes ont dit avoir opté pour le local pendant le dernier mois. De plus, 61 % ont privilégié l’achat auprès de commerçants d’ici. 

« On ne sait pas encore si l’effet local [ressenti dans l’alimentation] va se transposer sur le manufacturier. Il faudra voir avec la réouverture des commerces », dit Fabien Durif.  

Moins de gaspillage 

La ruée sur les étalages d’épicerie lors des premiers jours de confinement aurait pu être le signe d’un gaspillage à venir, mais l’OCR remarque plutôt que les Québécois ont fait attention à moins jeter. 

Seulement 17 % ont mentionné avoir mis aux poubelles davantage d’aliments périmés. Plus de la moitié ont affirmé être mieux organisés quand est venu le temps de faire leur liste d’épicerie, et 42 % ont fait des recettes destinées à éviter le gaspillage. Ce n’est « pas énorme », selon M. Durif, mais il estime que la sensibilisation est de plus en plus grande. 

Par contre, la pandémie a aussi un effet négatif sur certains comportements responsables. Avant la crise, 44 % des Québécois disaient choisir des produits en vrac, selon l’OCR. Le mois dernier, moins de la moitié de ceux-ci ont continué à le faire. 

La cuisine COVID-19  

68,5 % ont davantage cuisiné pendant la période de confinement  

Parmi eux :   

  • 69,7 % ont regardé des recettes en ligne 
  • 68,9 % ont essayé de nouvelles recettes 
  • 36,9 % ont consulté des tutoriels pour apprendre à faire des choses par eux-mêmes  
  • 68,1 % ont choisi un produit local lorsqu’ils ont eu le choix entre un produit traditionnel et un produit local  
  • 17,1 % ont mentionné avoir jeté davantage d’aliments périmés  

Source : Observatoire de la consommation responsable