/qubradio
Navigation

«Le directeur fait des menaces», témoigne une résidente du Château Beaurivage

Le Château Beaurivage, dans l'arrondissement Montréal-Nord.
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI Le Château Beaurivage, dans l'arrondissement Montréal-Nord.

Coup d'oeil sur cet article

Une résidente du Château Beaurivage dans l’arrondissement Montréal-Nord, là où une personne âgée s’est jetée de son balcon samedi, dénonce les mesures draconiennes et les menaces proférées par la direction de l’établissement.  

«Notre directeur, il fait des menaces. [...] Si vous sortez, j‘appelle le CIUSS et il va venir vous chercher et vous ne reviendrez plus icitte», a raconté Monique Tremblay, résidente au Château Beaurivage, à QUB radio lundi matin.  

Écoutez le témoignage complet ici:  

La dame de 78 ans dit devoir s’obstiner depuis le début de la pandémie pour obtenir le droit de sortir son chien et lui faire faire ses besoins. «On se bat pour qu’ils sortent, ils ne veulent rien [...] C’est toujours la guerre», a expliqué celle qui doit prendre un rendez-vous téléphonique pour pouvoir marcher dans le stationnement de l’établissement.  

La plupart du temps, lorsqu’elle téléphone pour obtenir son permis, on répond à Mme Tremblay qu’il n’y a plus de place pour les sorties. «Ils ont commencé à nous sortir: quatre personnes, une demi-heure» a-t-elle dit, alors que l’établissement compte 443 résidents.  

Mme Monique Tremblay, 78 ans, est résidente du Château Beaurivage dans l'arrondissement Montréal-Nord.
Courtoisie
Mme Monique Tremblay, 78 ans, est résidente du Château Beaurivage dans l'arrondissement Montréal-Nord.

Les chambreurs ne peuvent ni sortir pour aller porter leurs ordures ni faire leurs brassées de lavage dans la buanderie du centre. «Ils ont barré les portes [...] Ce sont les appartements, point à la ligne», a indiqué Mme Tremblay. Si ses enfants veulent aller lui porter une épicerie, elle ne peut les saluer à travers la fenêtre de l’entrée non plus. On viendra lui porter les sacs à sa chambre, mais elle ne pourra descendre au rez-de-chaussée.  

Selon la dame, l’atmosphère est particulièrement tendue à l’intérieur du centre. «Il y a des hommes qui se fâchent. Je ne peux pas vous dire tout ce qui se dit, mais ça n’a pas de sens», a-t-elle ajouté.  

Craindre le pire  

Alors qu’une femme de 81 ans s’est jetée de son balcon samedi au Château Beaurivage, Mme Tremblay craint que d’autres suicides puissent survenir si la situation ne s’améliore pas.  

«Suffit des fois qu’il y ait une personne qui pose un geste comme ça... Les gens sont tellement découragés. C’est parce que les enfants, ils ne peuvent pas venir les voir. Ceux qui restent au 14e étage, regardez en bas, vous ne voyez pas là», a-t-elle fait savoir.  

Si elle est consciente des dangers qui guettent les autres résidents et elle, en raison des cas confirmés de la COVID-19 dans l’établissement, Mme Tremblay croit que la direction devrait tout de même faire preuve d’un peu plus de flexibilité et trouver des solutions pour que les résidents aient droit à une certaine forme de liberté.  

Même si elle souhaite le mieux pour sa résidence, Mme Tremblay n’est pas si convaincue par le mouvement «Ça va bien aller». «Je ne peux pas dire la phrase, ça va bien aller. [...] Je ne suis pas capable», a-t-elle lancé.  

La direction du Château Beaurivage réagit

L’équipe de direction du Château Beaurivage a réagi aux propos de Mme Tremblay en fin de journée, lundi. Par voie écrite, leur équipe dit être consciente que «les résidents vivent une période de stress et d’anxiété intense pendant la crise» et que plusieurs mesures ont dû être prises très rapidement pour leur sécurité.

«Pour certains, il y a eu de nombreuses répétitions des mêmes consignes par nos équipes, du matin au soir. Cela nous a amenés parfois à agir comme des agents de sécurité afin d’appliquer les nouvelles directives mises en place par le CIUSSS», ont indiqué les membres de la direction. 

L’équipe du Château Beaurivage a fait savoir qu’elle tentait de trouver une solution pour accommoder Mme Tremblay ainsi que les autres résidents, tout en respectant les directives de la santé publique.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions