/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Les parents plus impatients à cause de la COVID-19

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Se pourrait-il que vous perdiez plus souvent les nerfs contre vos enfants après avoir regardé un reportage sur la COVID-19 à la télévision? Si oui, rassurez-vous, vous êtes un parent on ne peut plus normal, selon une nouvelle étude de l’Université de Montréal. 

L’étude de Jean-Michel Robichaud, doctorant au département de psychologie, a été menée avant la pandémie, mais les résultats obtenus s’appliquent au contexte actuel, d’après le chercheur. 

Avec un groupe de 101 enfants de 8 à 12 ans et leurs mères, il a évalué l’impact qu’avait sur ces dernières un reportage audio sur l’environnement qui dessinait un avenir sombre pour les jeunes. 

La moitié des mamans ont écouté ce documentaire, les autres ont été exposées à un reportage inoffensif. Pendant ce temps, les enfants étaient dans une autre pièce en train de faire un test de quotient intellectuel (QI). 

Quand les 101 mères ont terminé le visionnement, elles sont retournées voir leur enfant pour l’aider à compléter le test de QI. 

Or, Jean-Michel Robichaud a constaté que celles qui avaient vu le reportage sur l’environnement étaient significativement plus impatientes envers leur fils ou leur fille. 

Elles étaient moins empathiques quand leur enfant éprouvait des difficultés à répondre aux questions. Pendant le test, elles laissaient également plus souvent tomber des jugements négatifs, peut-on lire dans l’étude menée sous la direction de la professeure Geneviève Mageau. 

On a aussi remarqué que ces mères avaient plus souvent tendance à répondre aux questions à la place de leur enfant, sans que celui-ci ait demandé de l’aide. 

Face à ces résultats, le premier défi des parents est de reconnaître que les sources de stress extérieures, comme d’entendre parler de la COVID-19, peuvent avoir un impact négatif sur leur manière d’interagir avec leurs petits, selon Jean-Michel Robichaud. 

«Le simple fait pour les parents d’être conscients que la présence d’une menace extérieure peut les amener à avoir des pratiques contrôlantes pourrait être un facteur de protection en soi», a-t-il expliqué par communiqué.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.