/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Une volontaire seule sur un étage avec des patients infectés

Volontaire seule
Photo tirée de Facebook Amina Khilaji. Aide de service en CHSLD

Coup d'oeil sur cet article

Une volontaire de nuit en CHSLD a été laissée pratiquement seule sur un étage hébergeant des patients atteints de la COVID-19, au point de devoir changer des couches sans avoir été formée pour cette tâche.   

• À lire aussi: Legault est mis au défi de visiter «l’enfer des CHLSD»  

« Je n’ai pas envie de faire pitié. J’ai envie que ça arrête », dit Amina Khilaji, 28 ans, en entrevue avec Le Journal.  

Depuis le 18 avril, cette ancienne intervenante psychosociale est déployée dans un centre d’hébergement de l’ouest de Montréal. En tant qu’aide de service, elle est censée être là en soutien aux préposés aux bénéficiaires.  

Message contradictoire  

Encore lundi, le premier ministre du Québec, François Legault, affirmait en point de presse qu’il n’y avait pas de manque de personnel dans le réseau de la santé.  

Or, dans la nuit de samedi à dimanche, aucun préposé aux bénéficiaires n’était présent sur les deux étages que couvraient Mme Khilaji et sa soeur, aussi aide de service. Au total, ces deux étages hégerbeaient 36 résidents, dont plusieurs atteints de la COVID-19. 

« Je suis la seule personne ici », dit-elle dans une vidéo devenue virale où l’on voit les ailes désertes de son étage.  

« Physiquement, expliquez-moi comment c’est possible de changer [les culottes] de ces gens toute seule ? Sans les blesser ? Sans risquer leur vie pour ceux en fin de vie atteints de la COVID-19 en train de s’étouffer la bouche pleine de sécrétions ? Je ne suis pas formée pour ça », écrit-elle dans le texte qui accompagne la vidéo.  

« Pas capable »  

Au milieu de la nuit, une retraitée bouleversée et épuisée, qui agissait aussi à titre d’aide de service sur un autre étage, a même décidé de partir.   

« Elle pleurait. Elle m’a dit : “Je suis pas capable”.   

« C’est une dame âgée. Elle a assez donné à la société. Je lui ai dit : “Allez-y !” »  

Quant à Mme Khilaji, ce n’est pas l’envie de partir qui manque, mais l’idée d’abandonner tous ces résidents l’en empêche.  

Elle interpelle les dirigeants de la province pour qu’ils s’ouvrent les yeux.   

« J’irai déranger nos ministres jusqu’au bout.   

« Je ne vous pardonnerai JAMAIS », écrit-elle sous la vidéo.  

De son côté, le CIUSSS de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal rappelle qu’une infirmière était présente pour faire la tournée de l’établissement cette nuit-là.   

« Cela dit, nous sommes conscients des enjeux liés au manque de personnel », indique le porte-parole Guillaume Bérubé.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.