/news/health
Navigation

COVID-19: une autre prime pour travailler en CHSLD

Le manque de bras demeure «le principal problème»

Coup d'oeil sur cet article

Le manque de personnel dans les CHSLD demeure si problématique que le gouvernement Legault s’apprête à annoncer une nouvelle prime pour inciter davantage de volontaires à travailler à temps plein auprès des aînés.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

• À lire aussi: COVID-19: 118 nouveaux décès, Québec assouplit le confinement des aînés  

• À lire aussi: Crise dans les CHSLD: Marguerite Blais «devrait prendre ses propres responsabilités», insiste Gabriel Nadeau-Dubois  

« Le principal problème qu’on a encore actuellement, c’est le manque de personnel, surtout du personnel à temps plein », a souligné le premier ministre François Legault, en faisant le point sur la pandémie, mardi.

Photo Stevens LeBlanc

Malgré les appels répétés des dernières semaines, lancés tant aux médecins qu’aux étudiants, aux militaires, aux simples volontaires, à travers l’ensemble du réseau de santé, on doit actuellement composer avec l’absence de 11 200 employés.

De ce nombre, environ « le tiers [...] techniquement, pourraient revenir », puisque leur quarantaine est terminée, a rapporté M. Legault. « On est comme dans une guerre puis on a vraiment, plus que jamais, besoin de vous autres », leur a dit M. Legault.

Nouveaux incitatifs

Pour encourager davantage de gens à venir « travailler à temps plein » dans les CHSLD, le premier ministre a aussi demandé au président du Conseil du trésor, Christian Dubé, de définir « rapidement » une nouvelle prime à l’emploi.

Cet incitatif viendrait s’ajouter aux primes COVID-19 de 4 $ l’heure, 4 % ou 8 % déjà annoncées, selon le type d’emploi et le secteur. Selon nos informations, la nouvelle prime pourrait être touchée par exemple après un mois de service continu à temps plein dans un CHSLD.

Querelle Blais-Barrette

À son tour, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a exposé l’urgence d’offrir de meilleures conditions de travail aux employés en CHSLD, tout en pointant du doigt l’austérité sous le gouvernement Couillard, dont elle a fait partie. « Dans un précédent gouvernement, j’avais pas mal les pieds et les mains liés par rapport à tout ce qui touche les milieux d’hébergement, parce que c’était la responsabilité du ministre de la Santé », a-t-elle avoué.

Le principal visé, piqué au vif, n’a pas tardé à répliquer. « Marguerite la Ponce Pilate », a vociféré le député libéral Gaétan Barrette sur son fil Twitter.

L’ex-ministre de la Santé a également affirmé que « jamais » Mme Blais n’est venue le voir pour « mieux payer le personnel » ou « embaucher plus », entre autres.

À VOIR AUSSI     

  

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.