/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Cinquième décès au Québec d’un travailleur de la santé

La travailleuse sociale de 33 ans était en contact avec des aînés

Coup d'oeil sur cet article

Du haut de ses 3 ans, le petit Arnaud se retrouve désormais orphelin à la suite du décès foudroyant de sa maman, une travailleuse sociale de 33 ans de la Montérégie, infectée à la COVID-19.   

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

• À lire aussi: Éclosion de cas dans un service de garde d’urgence  

« On ne comprend pas du tout, c’est un choc, ma sœur était en bonne santé et elle est partie de façon fulgurante », confie Virginie Ménard.   

Laurence Ménard avait décidé de concevoir seule son petit Arnaud, 3 ans, qui était la prunelle de ses yeux.
Photo courtoisie
Laurence Ménard avait décidé de concevoir seule son petit Arnaud, 3 ans, qui était la prunelle de ses yeux.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec a confirmé hier que Laurence Ménard avait été déclarée positive au virus.    

À la demande de la famille, une enquête du coroner sera menée afin de confirmer la cause de son décès. Les résultats de celle-ci risquent d’amener un peu de paix aux proches de la défunte, qui nagent dans l’incompréhension la plus totale.     

Vendredi, Laurence Ménard se sentait complètement exténuée et avait des difficultés respiratoires.    

« C’était son anniversaire, et elle l’a passé couchée, relate sa cadette, âgée de 30 ans. Elle avait un pressentiment que ça pouvait être la COVID-19. »   

Trop faible  

Comme elle vit dans une maison bigénérationnelle avec ses parents, Laurence Ménard a pu leur confier son fils Arnaud puisqu’elle était trop faible pour s’en occuper.    

Dimanche, toujours exténuée, elle s’est rendue à l’hôpital.    

« Elle allait quand même bien, elle marchait toute seule, c’était plus par précaution », explique sa sœur.    

Mais son état de santé s’est dégradé dans les heures qui ont suivi. À minuit, les parents de la jeune femme ont reçu un appel pour les aviser qu’elle avait été transférée dans un hôpital de Montréal et qu’ils devaient s’y présenter le plus rapidement possible.    

Elle était alors traitée par le département de cardiologie puisque son cœur était en train de lâcher.    

Ils n’ont pas pu arriver à temps. Laurence Ménard était décédée lorsque ses parents ont mis les pieds à l’hôpital.    

Comme elle travaillait surtout avec des personnes âgées, la résidente d’Acton Vale aurait pu contracter le virus lors de ses visites à domicile. D’ailleurs, le 22 avril, elle avait reçu un résultat négatif après avoir été testée pour la COVID-19 puisqu’elle avait possiblement été en contact avec une personne infectée au travail.    

Or, tout indique qu’elle aurait finalement bel et bien contracté le virus dans les jours qui ont suivi. La santé publique de la Montérégie mènera d’ailleurs une enquête afin de retracer les personnes avec qui elle a pu être en contact.    

Son employeur a également offert de l’aide psychologique aux collègues de Mme Ménard. La mère de famille était très appréciée par ses collègues, selon ses proches.    

« Elle avait un fort caractère, alors elle disait toujours ce qu’elle pensait, mais en général, ça plaisait aux gens parce qu’ils savaient toujours à quoi s’en tenir avec elle », dit sa sœur, le sourire aux lèvres.    

Laurence Ménard adorait son travail, mais était inscrite à des cours universitaires en ligne afin d’avoir accès à d’autres types de postes en santé.    

Quant au petit Arnaud, il a été pris en charge par ses grands-parents pour le moment. De toute façon, le trio doit demeurer en confinement pour les deux prochaines semaines puisqu’ils ont potentiellement contracté le virus. La liste des personnes qui pourront s’en occuper dans le futur est d’ailleurs plutôt courte, puisque le bambin a été conçu par procréation assistée et n’a pas de papa.    

« Ma sœur voulait être maman et elle avait décidé de se lancer toute seule là-dedans, explique sa sœur Virginie. Elle s’en occupait tellement bien, je l’admirais. »    

Les quatre autres décès   

Dr Huy Hao Dao, 44 ans   

(15 avril)   

Photo courtoisie

Le médecin de la Direction de la santé publique de la Montérégie aurait contracté le virus en échangeant des documents avec d’autres collègues infectés. Il était l’un des trois médecins à effectuer des enquêtes épidémiologiques sur son territoire.    


Victoria Salvan, 64 ans   

(16 avril)   

Photo courtoisie

La préposée aux bénéficiaires travaillait au Centre de soins prolongés Grace Dart de Montréal. Elle s’est retirée du travail dès ses premiers symptômes et est décédée peu de temps après, à son domicile.    


 Stéphanie Tessier, 31 ans   

(27 avril)   

Photo courtoisie

La préposée aux bénéficiaires au CHSLD Lucien G. Rolland de Saint-Jérôme aurait contracté le virus sur son lieu de travail. Après deux semaines aux soins intensifs, la jeune femme a succombé au virus.     


Marina Thenor Louis, 45 ans   

(29 avril)   

Photo courtoisie

La préposée aux bénéficiaires aurait été déclarée positive à la COVID-19 après son décès. Elle travaillait au CHSLD Cartierville de Montréal.   

À VOIR AUSSI      

  

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.