/news/politics
Navigation

COVID-19: Ottawa allonge 252 millions de dollars pour l'agroalimentaire

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Trudeau débloque 252 millions $ pour soutenir le secteur de l’agroalimentaire durement touché par la crise de la COVID-19, mais des intervenants du milieu accueillent cette aide comme une goutte d’eau dans l’océan.

• À lire aussi: De l’aide pour les aînés, promet Justin Trudeau 

• À lire aussi: Québec assouplit le confinement des aînés 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

 «Puisque les restaurants et les hôtels sont fermés, de nombreux producteurs se retrouvent avec des surplus importants de certains produits. Depuis le début, on a dit qu’on allait être là pour ceux qui ont besoin d’un coup de main», a dit le premier ministre Justin Trudeau durant son point de presse quotidien, mardi.

 La Fédération canadienne de l’agriculture demandait plutôt qu’Ottawa mette sur pied un fonds d’urgence de 2,6 milliards $ et n’a pas hésité à exprimer sa déception face à une annonce qu'elle juge largement insuffisante.

 «Après le système de santé, il n’y a rien de plus important pour le Canada, durant une pandémie, que la sécurité alimentaire domestique», a pesté la présidente de l’organisation, Mary Robinson.

 Pour le premier ministre Trudeau, l’aide annoncée mardi ne constitue qu’«un premier investissement». Il a assuré que son gouvernement continuera de travailler avec les producteurs pour répondre à leurs besoins.

 De l’enveloppe de 252 millions $, 77 millions $ seront consacrés à la protection des employés par la mise en place de protocoles sanitaires et l’approvisionnement en masques, visières et autres types d’équipement.

 Afin de soulager les éleveurs de porcs et de bétail, Ottawa lancera par ailleurs un programme de 125 millions $ pour les aider à éponger leurs dépenses accrues en raison de la COVID-19.

 «Les fermes et les porcheries élèvent plus d’animaux que notre système peut transformer en produits de consommation comme du steak et du bacon à cause de la COVID-19. Donc on doit garder des animaux sur la ferme plus longtemps que prévu – et ça coûte cher», a souligné M. Trudeau.  

  • VOYEZ aussi le point de presse des autorités québécoises:  

 

 

Par ailleurs, le fédéral entend bonifier de 200 millions $ la ligne de crédit de la Commission canadienne du lait. Pour aller de l’avant, les libéraux auront toutefois besoin d’adopter un projet de loi avec l’appui des partis d’opposition.

Ottawa promet en outre de mettre sur pied un programme de rachat des aliments excédentaires. Cinquante millions $ seront initialement injectés dans cette initiative qui vise à permettre la redistribution de denrées invendues.

Plusieurs élus conservateurs ont vilipendé le gouvernement Trudeau, durant la période de questions virtuelle, l’accusant de n’en faire que trop peu pour aider les agriculteurs.

«Est-ce que le gouvernement a un plan pour offrir davantage que seulement des miettes afin de garder notre secteur vital de l’agriculture fonctionnel et en mesure de fournir la nourriture dont nous avons désespérément besoin?» a lancé le député Richard Bragdon, élu au Nouveau-Brunswick.

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a aussi jugé, de son côté, que l’aide déployée est insuffisante. Il a toutefois ajouté qu’il souhaitait laisser la chance au gouvernement de présenter des mesures additionnelles.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com