/entertainment/movies
Navigation

Jean-Marc Vallée prépare son retour

Après une pause de quelques mois, le cinéaste s’est remis à l’écriture

ART-JEAN-MARC VALL�E
Photo d’archives, Agence QMI Après avoir réalisé Big Little Lies et Sharp Objects, Jean-Marc Vallée revient à ses premières amours, le cinéma.

Coup d'oeil sur cet article

Confiné chez lui à Montréal depuis la mi-mars, le cinéaste Jean-Marc Vallée profite de cette période d’isolement pour plancher sur le scénario de son prochain projet, un film sur l’histoire d’amour entre John Lennon et Yoko Ono.  

Ce long métrage, qu’il espère pouvoir tourner plus tard cette année, marquera pour lui le retour au cinéma. Au cours des dernières années, le réalisateur de C.R.A.Z.Y. et de Dallas Buyers Club a beaucoup travaillé pour la télévision, réalisant deux séries américaines (Big Little Lies et Sharp Objects) qui ont eu beaucoup de succès sur les ondes de la chaîne HBO. 

« Je suis très content de revenir enfin au cinéma, a souligné Jean-Marc Vallée lors d’un entretien téléphonique accordé au Journal il y a quelques jours pour un reportage qui sera publié plus tard ce mois-ci.   

« Par contre, ça va être un long film. Il va durer trois heures ! Ça va être épique. Je suis très excité d’embarquer dans ce projet-là, mais en même temps, c’est assez casse-gueule de raconter l’histoire d’amour entre John et Yoko. J’ai quatre recherchistes qui travaillent à temps plein avec moi parce que je veux faire l’exercice de raconter ce qu’on ne connaît pas d’eux et rendre hommage à leur amour et à leur engagement. La planète entière ne voulait pas qu’ils soient ensemble ! Ç’a été très dur pour eux de faire face à ça. Ils se sont battus pour la paix et pour leur amour. » 

Après avoir pris une pause de plusieurs mois, Jean-Marc Vallée s’est remis au boulot en novembre dernier en se plongeant dans l’écriture de ce film qu’il coscénarisera avec Anthony McCarten (Bohemian Rhapsody) : « J’espère pouvoir terminer le scénario cet été et commencer le tournage en décembre ou en janvier. À moins que la COVID-19 nous empêche de tourner. On verra ce qui va se passer avec ça », dit-il. 

Insécurisant  

Jean-Marc Vallée se trouvait en Californie quand la crise du coronavirus a frappé le Québec :  

« J’étais déjà en isolement pour écrire, dans une maison à Santa Monica, indique-t-il. Je devais y rester jusqu’au 1er avril, mais j’ai précipité mon retour à Montréal à cause de la pandémie. Ma vie n’a pas tant changé depuis. Je suis encore seul dans ma solitude à écrire mon scénario. Mais ce qui a changé, c’est que je ne vois plus personne le soir et que je ne sors plus dans les restos. C’est très anxiogène, tout cela. C’est tough. C’est insécurisant d’être tout seul à écrire. Tu es confronté à tes angoisses et à tes peurs. C’est sûr que j’ai hâte que ça finisse, cette maudite affaire-là. Mais en attendant, on fait de l’obéissance civile. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.