/finance
Navigation

Les Québécois font désormais leurs emplettes la peur au ventre

Coup d'oeil sur cet article

Craignant une infection à la COVID-19, les Québécois sont plus craintifs que jamais de faire leurs emplettes. À un point tel que près de la moitié d’entre eux avouent essuyer leur épicerie à l’aide de désinfectant une fois revenus à la maison.  

• À lire aussi: Les régions ouvrent lentement, Montréal doit attendre 

• À lire aussi: «Cet épisode arrive au pire moment», affirme Peter Simons 

• À lire aussi: Engouement monstre dans des commerces de Québec 

C’est ce que révèle une étude pancanadienne, menée par l’Université de Dalhousie et la firme Angus Reed, dont les résultats doivent être rendus publics mardi.  

Champions du Lysol !  

Selon cette dernière, 84 % des Québécois utilisent maintenant un gel antibactérien au moment de faire leurs emplettes, et jusqu’à 46 % désinfectent les produits d’épicerie une fois revenus à domicile.   

« À la lueur de ces données, on pourrait facilement dire que les Québécois sont les champions du Lysol ! », affirme le professeur en science agroalimentaire de l’Université Dalhousie, Sylvain Charlebois.   

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Sylvain Charlebois à QUB Radio:

En comparaison, 81 % des Canadiens utilisent du gel antibactérien et 42 % disent désinfecter leur épicerie. Des signes d’une crainte qui ne serait pas entièrement justifiée, selon le professeur Charlebois.   

« Il n’existe aucun cas prouvé de contamination alimentaire liée à la COVID-19, dit-il. Des cas liés à la salmonellose et à la bactérie E. coli, ça, oui. Mais pas encore à la COVID-19. »  

  

  • À VOIR AUSSI:   

 

Peu de masques et de gants  

Adeptes du désinfectant, les Québécois seraient paradoxalement beaucoup moins portés vers la protection individuelle. Par exemple, 30 % des Canadiens et 38 % des Ontariens portent le masque à l’épicerie. Au Québec, seulement 22 % le font.   

Idem en ce qui a trait au port des gants de protection à l’épicerie. Au Québec, seulement 24 % portent de tels gants, comparativement à 34 % en Ontario.  

Pourquoi donc ? M.Charlebois suspecte des recommandations différentes, voire changeantes, de la santé publique.