/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Un déconfinement des aînés entre espoir et crainte à Sherbrooke

aînée personne âgée femme mains bloc
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – L'assouplissement de certaines mesures de confinement dans les résidences privées pour aînés est accueilli favorablement auprès des personnes âgées de Sherbrooke, mais suscite aussi quelques craintes.

À la Résidence du Roy de Sherbrooke, les impacts du confinement commençaient à se faire sentir entre les murs auprès de la dizaine de résidents, a expliqué le propriétaire des lieux, René Ménard.

Par exemple, une des résidentes de l'endroit, qui était en pleine santé il y a quelques semaines, tend désormais à démontrer des signes de troubles cognitifs, au point où elle peinait récemment à trouver sa chambre.

«On a pris soin de leur santé; là, ce serait le temps de prendre soin de leur santé mentale», a affirmé M. Ménard.

Les résidents de la Résidence Murray, elle aussi située à Sherbrooke, ont aussi subi les impacts mentaux du confinement.

L'un d'eux a reconnu avoir le moral affaibli depuis quelque temps. «Je commence à avoir des idées, des idées pas mal noires», a confié M. Guillet à TVA Nouvelles.

«J'ai très hâte de voir ma famille», a renchéri une autre résidente, Mme Pomerleau.

Le propriétaire de la Résidence Murray, Pierre Chapdelaine, a admis que les semaines que les résidents ont passé cloîtré ont pu affecter leur santé mentale, mais ce dernier craint aussi que ces efforts ne soient vains, si jamais la COVID-19 se propage dans son établissement.

Il aurait préféré que le déconfinement se réalise à l'intérieur de la résidence même. Les aînés auraient pu, par exemple, jouer aux cartes ensemble et avoir des contacts entre eux.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.