/24m/urbanlife
Navigation

Un organisme communautaire prend les choses en main à Montréal-Nord

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Un organisme de Montréal-Nord met la main à la pâte pour tenter de renverser la tendance dans cet arrondissement, qui est le plus touché par le coronavirus. 

«Quand on a su que Montréal-Nord était le territoire le plus affecté, on a tout de suite voulu prendre des actions concrètes sur le terrain pour contrôler la situation», a expliqué mardi Nargess Mustapha, présidente et cofondatrice de Hoodstock. 

Photo MARIO BEAUREGARD

Ce mouvement citoyen a été créé à la base pour dénoncer les inégalités et encourager les espaces de dialogue, mais actuellement, ses membres distribuent des masques des gants, des visières, du désinfectant et de l'information aux citoyens et aux commerçants, tentant de combler un manque dans la communauté. 

Mme Mustapha trouve bonne l'idée de la clinique de dépistage mobile, qui parcourra différents quartiers de Montréal. Une clinique de dépistage fixe est accessible à la population depuis le 1er mai. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Toute initiative est la bienvenue. L’important est de maximiser la capacité de dépistage pour nous donner une idée de l’ampleur de la situation pour aplatir la courbe», juge-t-elle. 

Lundi, 1501 cas ont été confirmés dans Montréal-Nord, ainsi que 93 décès. Ces tristes chiffres en font l’arrondissement le plus touché de la métropole, qui est elle-même la ville avec le plus grand nombre de cas dans la province. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

L’arrondissement a entrepris comme effort de guerre, la fin de semaine dernière, le début d'une distribution de 20 000 masques et l'établissement de corridors urbains afin de limiter la propagation du coronavirus. 

«Il y a des failles dans le système»

Le 24 Heures a accompagné Hoodstock mardi le temps d'une distribution de matériel sanitaire. 

Gladuys François et Anne Joseph, bénévoles pour l'organisme, étaient sur place afin de visiter leurs voisins, équipées de toute la protection nécessaire. 

GUILLAUME CY/24 HEURES/AGENCE QMI

«Je trouve qu’il y a des failles dans le système de santé. Ce n’est pas normal ce qui se passe avec les CHSLD pour les personnes âgées», envoie Mme François, auxiliaire à domicile. 

Les intervenants de Hoodstock ont rencontré durant leur distribution Marcel St-Jean, 70 ans, qui habite le quartier depuis 44 ans. Quotidiennement, il a la chance de promener son chien, s’estimant heureux de ne pas être enfermé dans Les Tours Gouin, une résidence pour personnes âgées. 

«Ça va bien. On n’est pas fou, mais pas loin!», dit-il, gardant le moral après maintenant deux mois de confinement.

GUILLAUME CY/24 HEURES/AGENCE QMI