/news/education
Navigation

Des ados en difficulté iront aussi à l’école

Les écoles secondaires spécialisées pour rouvrir

Génésie Paquette-Chouinard et ses trois enfants autistes, Laurie, 16 ans, Tommy, 12 ans et Amélie Hémond, 9 ans. Le cas de plus grande a beau être le plus lourd, elle ne pourra pas retourner en classe comme les deux plus jeunes.
Photo Dominique Scali Génésie Paquette-Chouinard et ses trois enfants autistes, Laurie, 16 ans, Tommy, 12 ans et Amélie Hémond, 9 ans. Le cas de plus grande a beau être le plus lourd, elle ne pourra pas retourner en classe comme les deux plus jeunes.

Coup d'oeil sur cet article

Sans tambour ni trompette, le ministère de l’Éducation a donné le feu vert pour que certains ados en difficulté puissent retourner en classe en même temps que les élèves du primaire, a appris Le Journal. 

«Le retour à l’école de ces élèves, qui ne peuvent demeurer seuls à la maison sans supervision, permettra non seulement de consolider leurs apprentissages et de socialiser, mais également d’offrir un répit aux parents.» 

C’est ce qu’on peut lire dans une lettre envoyée vendredi aux directions générales des commissions scolaires. Les écoles secondaires publiques et privées qui sont spécialisées pourront en effet rouvrir leurs portes «de façon graduelle» le 11 ou 19 mai, en fonction de leur région.    

• À lire aussi: Legault demande aux Québécois d'être indulgents

Ces écoles regroupent des jeunes qui présentent un trouble du comportement ou du spectre de l’autisme, ou encore une dyslexie, par exemple. 

«Quand l’enseignante m’a appelée hier, j’étais tellement contente», s'exclame Marie-Claude Leduc, mère d'un garçon autiste de 15 ans.  

Elle faisait partie des parents qui ont été choqués la semaine dernière que les ados en difficulté aient d’abord été oubliés dans les annonces de déconfinement. 

«Je me disais : s’il doit passer six mois sans être allé à l’école... on ne sera jamais capables de le [rescolariser].» 

Pas toutes les classes 

Or, ce ne sont pas tous les ados en difficulté qui auront la chance de son fils puisque les classes spéciales qui se trouvent dans une école de quartier ne semblent pas être incluses dans la directive. 

«On aurait aimé avoir le choix», dit Génésie Paquette-Chouinard, de Brossard. Sa fille de 16 ans a beau avoir un trouble du spectre de l’autisme sévère, elle ne pourra pas retourner à l’école car sa classe spéciale se trouve dans une école régulière. 

«C’était bon pour elle de voir du monde à tous les jours [...] Là, elle se referme de plus en plus sur elle-même.» Certains tics qui avaient disparu il y a plusieurs années sont maintenant de retour.   

En tant que mère de trois enfants autistes, Mme Paquette est bien placée pour savoir qu’il suffit de quelques semaines pour qu’un jeune en difficulté se mette à régresser. «Et ça peut être irréversible», craint-elle. 

Reste que Mme Paquette s'interroge: cela vaut-il vraiment la peine d'envoyer ses jeunes qui ont besoin de beaucoup de stabilité dans un contexte où plus grand-chose ne sera comme avant? 

Le Journal publiait mardi le témoignage d'une mère dont le fils de 8 ans qui souffre de troubles d'apprentissage n'aura plus les services spécialisés auxquels il avait droit. 

Sceptiques 

«On est très sceptiques» dit Bianca Nugent de la Coalition de parents d’enfants à besoins particuliers du Québec (CPEBPQ). 

Malgré l’urgence de rescolariser ces jeunes qui sont particulièrement à risque de décrochage, elle a l’impression que l’ajout des écoles spécialisées a été fait à la va-vite, sans tenir compte de la complexité que cela représente. 

Quel sera l’encadrement? Les jeunes qui avaient un accompagnant auront-ils les mêmes services? Auront-ils le même enseignant qu’avant? Quel soutien psychologique y aura-t-il pour les jeunes anxieux, par exemple? 

«On nous demande notre consentement, mais on ne nous éclaire pas», dénonce Mme Nugent. 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com