/finance/business
Navigation

La crainte d’une pénurie pousse Costco à imposer des restrictions

Costco Canada
Photo Francis Halin Comme aux États-Unis, des magasins Costco du Québec et d’ailleurs au pays ont commencé à implanter des mesures de rationnement de viande à leurs clients.

Coup d'oeil sur cet article

Les fermetures et ralentissements de nombreux abattoirs, en raison du coronavirus, poussent des détaillants comme Costco, au Québec, à imposer des restrictions sur l’achat de viande.  

• À lire aussi: La filière alimentaire sinistrée 

• À lire aussi: Des producteurs de porcs inquiets 

« On n’a pas le choix, nous ont expliqué deux employés de Costco, sous le couvert de l’anonymat. Si on ne veut pas se retrouver avec des tablettes vides, il faut que chacun fasse sa part. »   

Nos visites des Costco de Sherbrooke et de Saint-Bruno ont permis de confirmer la tendance. Lors de nos passages hier, le bœuf haché et les galettes de bœuf haché maigre des deux succursales étaient limités à un seul paquet par client.   

Ruptures de stock de viande ?  

La direction de Costco n’a pas rendu nos appels. Aux États-Unis, où l’entreprise fait face au même problème, elle impose des restrictions sur l’achat de bœuf, de porc et de volaille.    

Ces mesures ont pour but « d’aider plus de personnes à acheter la marchandise dont ils ont envie et besoin », lit-on sur son site. Au Québec, Costco prévient qu’en raison de la pandémie, des « ruptures de stock occasionnelles » étaient possibles.   

Par ailleurs, pour les mêmes raisons, le professeur de management de l’Université Dalhousie, Sylvain Charlebois, s’attend à une hausse prochaine de près de 10 % des prix du bœuf. « La viande hachée et les hamburgers vont coûter plus cher », pense-t-il.   

Les épiciers nient  

Doit-on s’attendre à des mesures similaires ailleurs ? Metro, Sobeys et Loblaw ont toutes refusé de répondre, refilant nos questions au Conseil canadien du commerce de détail. Son v.-p. a tenté de se faire rassurant, soutenant que, malgré « une fragilisation » de la chaîne d’approvisionnement, les détaillants ne vivaient aucune inquiétude, au contraire.    

« Il est certain que des coupes spécialisées pourraient se faire plus rares. Mais dans l’ensemble, il n’y a pas et on ne craint pas de ruptures de stock. »