/entertainment/tv
Navigation

Luc Senay: tout vient à point à qui sait attendre

Luc Senay incarne le bienveillant psychiatre Jean-Christophe Landry dans la série "Mon fils", disponible sur Club illico.
Photo Courtoisie, Club illico/Duo Productions/Éric Myre Luc Senay incarne le bienveillant psychiatre Jean-Christophe Landry dans la série "Mon fils", disponible sur Club illico.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Du nudiste Paulo dans «Faits divers» au bienveillant psychiatre Jean-Christophe Landry dans «Mon fils», Luc Senay hérite depuis quelques années de rôles en or, qui ont changé la perception des gens du milieu de la télévision à son égard, se plaît-il à constater.

L’acteur affirme ne pas sentir d’engouement particulier autour de sa personne depuis deux ans, mais il reconnaît être davantage sollicité pour divers types de rôles.

On lui a abondamment parlé de «Faits divers», un produit à l’écriture «exceptionnelle», juge-t-il, auquel il s’estime gâté d’avoir pu participer, en 2018. Le gentil psychiatre qu’il personnifie dans «Mon fils» brille par son humanité et retient l’attention avec son désir sincère d’accompagner le jeune schizophrène Jacob (Antoine L’Écuyer) dans sa route vers la sérénité.

Le public lui parle beaucoup de Paul dans «5e rang», et son personnage d’Anthime Chevron dans «Les pays d’en haut» gagnera en importance dans la sixième et dernière saison de la saga historique. Dans les dernières années, il y a également eu à son agenda «Victor Lessard», «Le clan», «Boomerang» et «Madame Lebrun», et il sera bientôt de «L’œil du cyclone», auprès de Julie Le Breton et Véronique Cloutier. Il incarnera le conjoint de Danielle Proulx.

Luc Senay incarne le bienveillant psychiatre Jean-Christophe Landry dans la série "Mon fils", disponible sur Club illico.
Photo Courtoisie, Club illico/Duo Productions/Éric Myre

Expériences

Pour celui qui a été d’à peu près toutes les comédies d’Émile Gaudreault au cinéma et qui a souvent joué les méchants, cette enfilade de propositions stimulantes et consistantes arrive à point nommé.

«Ça arrive à une belle période de ma vie, parce que j’ai plus de maturité comme acteur, explique Luc Senay. Ces mêmes rôles-là, on me les aurait proposés il y a 20 ans et, ceci dit sans prétention, je n’aurais pas fait un aussi bon travail. Je n’étais pas aussi bien outillé et expérimenté. Je n’avais pas encore vécu assez de douleur dans ma vie pour accepter d’aller dans des zones d’ombre et m’y abandonner.»

«J’ai des camarades qui m’ont raconté avoir refusé des rôles parce que ça ne donnait pas une bonne image d’eux. Moi, je ne suis pas là. Moi, si l’histoire est bonne, si l’environnement est sain, si je travaille avec des gens intéressants que j’ai le goût de côtoyer, je me lâche lousse», soutient celui qui dit n’avoir jamais eu de plan de carrière et ne pas être carriériste.

«À mes yeux, je n’ai pas fait de carrière jusqu’à maintenant. J’ai juste vécu des expériences comme acteur. J’ai fait du mieux que je pouvais, et ça s’arrête là.»

Luc Senay incarne le bienveillant psychiatre Jean-Christophe Landry dans la série "Mon fils", disponible sur Club illico.
Photo Courtoisie, Club illico/Duo Productions/Éric Myre

Belle complicité

Pour «Mon fils» (une série qu’il considère «dure», mais «lumineuse»), Luc Senay raconte ne pas s’être soumis à une préparation particulière. Pour se préparer à camper le compréhensif Dr Landry, il s’est référé à ses propres années de thérapie avec un psychologue et a posé beaucoup de questions à la réalisatrice Mariloup Wolfe, dont le papa est psychiatre. Et, avec son partenaire de jeu Antoine L’Écuyer, la complicité coulait de source, relate-t-il.

«Il est jeune, mais c’est un grand acteur, souligne Luc Senay. C’est un intuitif. Il ne fait pas juste dire ses répliques, il a toute une vie jusqu’au bout des ongles! Et c’est extrêmement riche de jouer avec quelqu’un comme ça. Malgré notre différence d’âge, on avait des discussions de bons "chums" entre nos scènes. J’ai aussi eu le plaisir de dire à Antoine que j’avais déjà joué avec son grand-père, Guy L’Écuyer, dans le film "Fantastica", de Gilles Carle, en 1978.»

La série «Mon fils» est disponible sur Club illico. On peut regarder les trois saisons de «Faits divers» sur Tou.tv.