/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Retour au boulot pour les 60-69 ans: «l’improvisation» de Québec dénoncée

bloc école classe élève élèves
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Des syndicats représentant le personnel de l'éducation ne s’expliquent pas la décision du gouvernement Legault de permettre aux personnes âgées de 60 à 69 ans de retourner au travail, notamment en petite enfance et en éducation.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

• À lire aussi: Enseignants et éducatrices de moins de 70 ans pourront travailler 

«Avec la nouvelle consigne, des travailleuses et des travailleurs de 60 à 69 ans de la petite enfance et des écoles devront rentrer au travail lundi prochain, mais ne pourront toujours pas voir leurs petits-enfants?» a dénoncé mercredi la présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Sonia Ethier.

Mme Ethier a déploré d’avoir appris de nouvelles balises «sorties de nulle part» en point de presse. Elle réclame «un urgent besoin de cohérence».

Mercredi, le gouvernement Legault a annoncé que les professeurs et éducatrices âgées de 60 à 69 ans pourront retourner au travail, ce que la CSQ qualifie «d’improvisation» qui ébranle les travailleurs.

«Depuis le début de la crise, on nous répète sur tous les fronts que les personnes de 60 ans et plus sont à risque et doivent rester à la maison. Plutôt que de précipiter, le gouvernement peut-il permettre une reprise progressive et donner un délai supplémentaire aux personnes de 60 ans et plus?» a soutenu la présidente de la CSQ, qui représente plus de 200 000 membres, dont environ 125 000 font partie du personnel de l'éducation.

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE), qui représente plus de 45 000 enseignants du préscolaire, du primaire et du secondaire, notamment, a exigé des clarifications sur l'âge des personnes à risque.

La FAE a demandé mercredi au gouvernement de clarifier de «façon urgente» la situation, soutenant qu’un document recommandait récemment de retarder le retour au travail à septembre 2020 pour les 60-69 ans.

«Sur quelles études scientifiques se base la Direction de la santé publique du Québec pour modifier sa propre recommandation et qui fait que des personnes qui étaient à risque il y a cinq jours ne le sont plus aujourd’hui? Un prof âgé de plus de 60 ans pourrait se voir contraindre de retourner au travail auprès d’enfants alors qu’il ne pourrait pas, selon la même Direction de la santé publique, fréquenter ses propres petit-enfants?» a souligné le président de la FAE, Sylvain Mallette.

Pour sa part, la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) a déploré les multiples volte-face du gouvernement Legault depuis le début de la crise sanitaire.

«Je demande à voir les études qui prouvent que le facteur de risque est bien à 70 ans. On ne peut pas changer d'idée sur des questions aussi importantes sans appuyer ses propos sur des faits. Il en va de la santé de nos membres et des enfants», a dit Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.