/sports/golf
Navigation

Terrains de golf : Une ouverture imminente

En certaines régions, des terrains pourraient ouvrir vers la 3e semaine de mai

journée pour jouer au golf
Photo d'archives Des golfeurs pris en action sur le terrain du Club de golf La Madeleine, en Montérégie à l’automne 2017.

Coup d'oeil sur cet article

 À l’écoute des réponses d’Horacio Arruda et de Geneviève Guilbault, en point de presse, mercredi, un vent d’optimisme a balayé momentanément l’industrie du golf à travers le Québec. 

• À lire aussi: Vers l’ouverture des parcours de golf en mai  

« L’analyse [du dossier] est en cours. L’ouverture devrait être annoncée sous peu », a lâché le Dr Arruda, directeur national de la santé publique, lorsque questionné sur les intentions de donner le feu vert au lancement de la saison de golf. 

  • Écoutez l'entrevue du porte-parole de la table de concertation de l'industrie du golf avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

De l’excitation 

Le sourire complice de la vice-première ministre a également fait jaser dans la communauté golfique. Quoi qu’il en soit, elle a ajouté que le gouvernement procédera à des annonces au fil des prochaines semaines. 

« On peut le dire, on est conscient que l’été s’en vient. Il faut être réaliste, donc il y aura des annonces dès que ce sera possible », a indiqué la ministre Guilbault. 

« Il y a de l’excitation dans l’air même si rien n’est encore annoncé, a lancé le directeur général du club Château-Bromont et président de l’Association des clubs de golf du Québec, Martin Ducharme. Il faut rester positif. » 

Arruda a énoncé les avantages de la pratique du golf, comme il s’agit d’un sport pratiqué en plein air. « Ce n’est pas un sport collectif et il y a possibilité de distanciation. C’est en cours d’analyse et l’ouverture arrivera dans une séquence logique. » 

Troisième de mai 

Alors que le golf est permis dans six provinces canadiennes et que la Saskatchewan lancera sa saison le 15 mai, tant Arruda que Guilbault n’ont osé avancer une date pour le Québec.  

Dix minutes après le point de presse gouvernemental, une source bien informée du « plan sportif de déconfinement » du Québec confiait au Journal que les terrains recevraient un feu vert imminent, incapable d’avancer une date exacte en raison du délai d’approbation de la santé publique. En soirée, une autre source près du dossier avançait avec optimisme une ouverture, selon les régions, durant la troisième semaine de mai. 

Parmi les indices révélateurs du lancement imminent de la saison, la direction de la santé publique a permis à la Table de concertation de l’industrie, mardi, de diffuser son protocole d’ouverture des clubs de golf.  

Le Journal avait révélé les grandes lignes directrices de ce guide dans son édition du 27 avril. On y retrouve les consignes d’hygiène, les restrictions et les modifications à l’étiquette du sport afin de respecter les normes sanitaires.  

Cette démarche permet donc aux clubs de procéder aux préparatifs adéquats avant d’accueillir les golfeurs. Ce protocole n’attend que le sceau d’officialisation de la santé publique et les corrections à apporter, le cas échéant. Tous les documents sont prêts dans l’industrie. 

« C’est une nouvelle porteuse d’espoir. On a hâte de connaître la vraie date, a signalé le directeur général de Golf Québec, Jean-Pierre Beaulieu. On pense vraiment que le golf sera de l’annonce de la première vague de sports à relancer. On s’attendait à recevoir l’accord du gouvernement la semaine dernière. On ne l’a pas reçu. C’était un coup dur, mais on a réalisé le travail et fait les bonnes recommandations. »  

Le cabinet de la ministre déléguée à l’Éducation et responsable des sports, Isabelle Charest, a encore une fois refusé la demande d’entrevue du Journal. On répète qu’elle planche sur différents scénarios de relance avec les partenaires.   

 

journée pour jouer au golf
Photo courtoisie, Golf Québec