/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19 : les jeunes menacés par la cyberdépendance

Coup d'oeil sur cet article

Depuis sept semaines, bon nombre d'adolescents sont rivés sur leurs écrans. Que ce soit pour suivre des cours en ligne, pour discuter virtuellement entre amis ou pour jouer à des jeux vidéo, le contexte actuel favorise la cyberdépendance.

«Les jeunes ont moins de choses à faire et ils passent plus de temps sur leurs cellulaires, a expliqué le psychologue Paul Langevin. Plus on passe de temps devant l'écran, plus cela rend le jeune irritable et ça occasionne des problèmes avec l'entourage (...) Nous sommes dans une période d'hypervigilance et le cerveau des jeunes est constamment stimulé, ce qui entraîne plus de fatigue.»

Les jeunes confirment passer plus de temps derrière leurs écrans. Certains d'entre eux affirment passer entre 5 et 6 heures sur les réseaux sociaux.

En temps normal, la cyberdépendance touche un adolescent sur cinq. La crise pourrait exacerber le problème selon certains travailleurs sociaux.

«Beaucoup plus de parents nous demandent conseil pour leurs jeunes. Il faut comprendre que ce n'est pas une période facile pour eux. Plusieurs jeunes se réfugient vers les jeux vidéo ou les applications sur leurs cellulaires pour contrer l'isolement», a affirmé Valérie Beaupré, coordonnatrice au centre Le Grand Chemin.

Même les joueurs professionnels de jeux vidéo doivent s'imposer des limites ces jours-ci.

«On doit s'arrêter à la partie de trop, il faut savoir doser. À un certain moment, jouer pendant plusieurs heures de suite n'est plus efficace pour notre apprentissage», a dit Stéphanie Harvey, une ancienne joueuse professionnelle qui est maintenant directrice Esport de la diversité et de la jeunesse chez CLG.

La clé selon elle passe avant tout par la communication entre les parents et leurs enfants.

Entre se divertir et devenir accro, la ligne est parfois mince. De fait, près de 5000 jeunes québécois ont déjà reçu un diagnostic de cyberdépendance.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.