/misc
Navigation

Le complot COVID-19/5G: les covidiots se mobilisent

Coup d'oeil sur cet article

Le coronavirus génère une pandémie de désinformation et de théories conspirationnistes. L’une des plus idiotes à s’être propagées dans le monde et à avoir contaminé le Québec est celle, franchement ridicule et anti-scientifique, suivant laquelle la nouvelle technologie sans fil 5G serait à l’origine de la COVID-19. 

Les théories du complot autour de la 5G existaient bien avant la pandémie de coronavirus. Mais l’anxiété que la pandémie a causée leur a donné une nouvelle popularité lorsque les médias sociaux ont établi entre elles un lien de causalité. 

De quoi s’agit-il, au juste? Une des versions les plus idiotes de la théorie 5G/COVID-19 veut que le virus «communique» avec les victimes par l'entremise d'ondes radio 5G pour supprimer leur système immunitaire. 

Partout dans le monde, des tours du réseau 5G ont été vandalisées ou détruites. Certains de ces covidiots étaient aussi des covignorants qui s’en sont plutôt pris à des mâts de téléphone de technologies 4G et 3G. 

Fullfact.org, une organisation de vérification des faits basée au Royaume-Uni, explique que les ondes radio ne produisent que des rayonnements non ionisants, qui ne peuvent pas endommager l'ADN d’une personne, contrairement aux rayons X cancérigènes et aux rayons ultraviolets. 

L'un des pays qui ont le mieux réussi à contenir la pandémie de COVID-19, la Corée du Sud, était le premier à offrir le service 5G complet, en avril 2019, alors qu'un pays comme l'Iran, sans réseau 5G, compte plus de 73 300 cas et plus de 4500 décès. 

Qui plus est, la Corée du Sud annonce qu’elle fera du 5G l'une de ses pièces maîtresses pour créer des emplois et stimuler la croissance économique après la fin de la pandémie de coronavirus. 

Ici, au Québec, des covidiots 5G ont emboîté le pas à leurs acolytes étrangers. Deux suspects ont été arrêtés à Sainte-Adèle relativement à l’incendie de deux tours de téléphone, à Blainville et à Saint-Jérôme. La SQ soupçonne les suspects d'être liés à sept autres récents incendies de tours téléphoniques.  

Ça n’est pas la première fois qu’on tente de faire croire des sornettes à des Québécois au sujet des «ondes électromagnétiques». 

Le syndicat des employés d’Hydro-Québec, le SCFP, a mené au début des années 2010 une campagne de grande envergure pour s’opposer au passage aux compteurs électroniques, qui mettaient en péril des centaines de jobs n’exigeant presque aucune qualification, sauf savoir lire et écrire. 

Pour empêcher Hydro d’installer ses nouveaux compteurs, le SCFP avait donc décidé de faire peur au monde au sujet des «ondes électromagnétiques dangereuses» que ces appareils auraient dégagées. Par l'intermédiaire de la bizarroïde «Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique», maintenant mobilisée contre la 5G, on a tenté de convaincre les abonnés d’Hydro que ces ondes menaçaient la santé et pourraient être cancérigènes. Pour 90% des gens, «les ondes électromagnétiques», c’est mystérieux, et donc inquiétant. Si, en plus, vous y associez le mot «cancer», mission accomplie. 

Québec solidaire et le PQ s’étaient mobilisés en faveur de cette campagne de désinformation aussi malhonnête que passéiste. Curieusement, le SCFP était totalement silencieux sur les dangers relatifs au fait d’être à proximité des lignes à haute tension d’Hydro-Québec, qui pulsent d’ondes électromagnétiques. Tiens, tiens! C’est que des centaines de syndiqués-cotisants y travaillaient, et il fallait protéger leurs emplois. 

Quant à QS, nos gauchistes de salon s’obstinent dans la bêtise. Sa députée Ruba Ghazal a déposé à l’Assemblée nationale, fin 2019, une pétition affirmant les compteurs intelligents nuisaient à la santé des Québécois. 

Pourquoi donc les ondes 5G seraient-elles différentes de celles qui les ont précédées? Vous êtes actuellement noyés dans une mer d’ondes électromagnétiques. Vos micro-ondes, vos radios, vos téléviseurs, vos ordinateurs avec leur souris, leur clavier et leur réseau, tous sans-fils, en irradient. Comme votre GPS et, surtout, votre téléphone intelligent, que vous portez constamment à votre bouche et à vos oreilles. Les ondes électromagnétiques 5G, comme celles des compteurs électroniques d’Hydro, ne représentent qu’une infime portion de ce tsunami électromagnétique quotidien qui enveloppe et même submerge vos organes vitaux. 

C’est quand même étrange, ne pensez-vous pas, que toutes ces allégations sans fondement sur les liens entre COVID-19 et 5G se soient si vite propagées à travers le monde? La suite dans mon prochain blogue. 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com