/24m/city
Navigation

Discrimination au SPVM: les changements devront attendre

Bloc Police SPVM
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La COVID-19 retardera la mise en place de mesures promises par les policiers montréalais, après la publication d'un rapport suggérant qu'ils faisaient du profilage racial.

• À lire aussi: Discrimination au SPVM: les minorités visibles jusqu’à 4,6 fois plus interpellées 

• À lire aussi: La Ligue des Noirs demande la mise sous tutelle du SPVM 

En octobre dernier, un rapport indépendant révélait notamment que les personnes appartenant à des minorités visibles étaient plus susceptibles d'être interpellées lors de contrôles de rue aléatoires faits par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

L'affaire avait retenu l'attention de la Ville ainsi que de plusieurs organismes, et le SPVM s'était engagé à adopter une politique pour baliser ses pratiques d'interpellation. Celle-ci devait être effective en mars dernier, mais la crise sanitaire a bouleversé les plans et mis ce projet sur la glace.

La politique n’a pas été reléguée aux oubliettes, assure toutefois le directeur des communications du SPVM, André Durocher. Un nouvel échéancier n’a pas été déterminé pour le moment; mais le travail se poursuivra une fois la crise terminée.   

Le SPVM souhaitait aussi mettre sur pied, en mars, une équipe de policiers spécialisés dans l'intervention auprès de communautés culturelles et de personnes ayant des besoins particuliers. Cet engagement a également dû être reporté en contexte de pandémie, explique M. Durocher. «Toutes nos ressources actuellement sont mises pour travailler sur la COVID», a-t-il dit.   

La Ligue des droits et libertés insiste pour sa part sur l’importance de tenir une consultation incluant différents groupes de la société civile, avant de mettre en place la politique sur les interpellations. La Commission de la sécurité publique, de l’hôtel de ville de Montréal, serait le bon forum, a-t-on suggéré.   

«Si la pandémie et l’impossibilité de se rassembler continuent encore pour six mois, il va falloir que la Ville de Montréal et le SPVM trouvent une façon de consulter la population sur la politique», a soutenu Élisabeth Dupuis, responsable des communications de la Ligue.