/news/politics
Navigation

COVID-19: la subvention salariale aux entreprises prolongée au-delà du mois de juin

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement fédéral prolongera la durée de son programme de subvention salariale de 75 % pour les entreprises durement touchées par la pandémie de COVID-19. 

• À lire aussi: 94 nouveaux décès et 912 cas supplémentaires au Québec 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

• À lire aussi: Hausse vertigineuse du taux de chômage au Québec 

La subvention salariale devait initialement couvrir la période allant du 15 mars au 6 juin. Vendredi, le premier ministre Justin Trudeau n’a pas précisé jusqu’à quand le programme sera reconduit, indiquant que plus de détails seront fournis la semaine prochaine.

«Mais je veux déjà dire aux entreprises [...] qu’elles peuvent savoir que la subvention salariale va être en place pendant un bon moment encore», a-t-il néanmoins ajouté.

«Ce sont ces travailleurs qui vont nous aider à relancer l’économie à court et à long terme. [...] On va les aider à retourner au travail», a également dit le premier ministre en point de presse.

L’annonce de cette extension survient dans un contexte où de nouveaux chiffres dressent un portrait sombre du marché de l’emploi. Le taux de chômage s’est hissé à 17 % en avril au Québec et à 13 % au pays, a rapporté Statistique Canada.

Déjà, 120 000 entreprises se sont inscrites auprès d’Ottawa pour recevoir cette aide fédérale et 97 000 de ces demandes avaient été traitées, vendredi. Le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, a indiqué que 1,7 million de travailleurs pourront ainsi en bénéficier.

La subvention salariale vise à couvrir 75 % des salaires des travailleurs d’entreprises happées par la crise de la COVID-19, jusqu’à hauteur de 847 $ par semaine par employé.

Le coût de la mesure a récemment été chiffré à 76 milliards $ par le directeur parlementaire du budget, mais on ne sait pas quel sera le nouveau montant de la facture avec la prolongation annoncé du programme.

«Nous ne connaissons pas encore l’interaction entre la prestation canadienne d’urgence et la subvention salariale, mais c’est quelque chose que nous suivons de très près», a ajouté la ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough.

D’ailleurs, la période couverte par cette prestation canadienne d'urgence (PCU) de 2000 $ par mois doit prendre fin en juillet. M. Trudeau ne ferme pas la porte à également prolonger ce programme, mais ne semble pas croire que cela sera nécessaire.

«Nous reconnaissons aussi qu’au fur et à mesure que, dans les semaines et les mois à venir, l’économie commence à reprendre un peu de souffle, moins de gens vont avoir besoin de la prestation d’urgence parce qu’ils vont retourner vers le travail», a-t-il soutenu.

En date de vendredi, 7,76 millions de Canadiens avaient reçu la PCU. Cette mesure est disponible pour ceux qui ont perdu leur emploi en raison de la COVID-19 ou qui ont vu leurs revenus chuter significativement. Ottawa s'attend à ce que bon nombre d'employeurs réembauchent leurs travailleurs mis à pied grâce à la subvention salariale.

  • ÉCOUTEZ l'analyse du point de presse de Vincent Dessureault et de Geneviève Pettersen à QUB radio: 

 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.