/24m/transports
Navigation

La STM ne veut pas devenir une «police du masque»

Coup d'oeil sur cet article

La réouverture des écoles et des commerces dans la région de Montréal a été reportée, mais la Société de transport de Montréal se prépare malgré tout au déconfinement.  

• À lire aussi: Un «dépistage massif» dans les zones chaudes du Grand Montréal  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus  

Le port du masque ne sera pas obligatoire dans les transports collectifs, mais il sera «fortement recommandé». L’organisation ne souhaite pas prendre une approche coercitive. 

«Si ça devient obligatoire, ça engendre toute une série de contrôles pour s’assurer que tout le monde le porte. Nos inspecteurs et les policiers ont autre chose à faire que de devenir “la police du masque”», a affirmé vendredi le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb. 

«On pense qu’il faut encourager fortement les gens à porter le couvre-visage et je pense qu’il y aura une pression sociale qui va se développer, et j’encourage les gens à le porter», a-t-il ajouté. 

La STM souhaite obtenir 600 000 masques pour inciter au port du masque. Elle entend privilégier les produits québécois, notamment grâce à un achat groupé avec la Société de transport de Laval, le Réseau de transport de Longueuil, l'Autorité régionale de transport métropolitain et exo. 

La STM travaille également à mettre en place une application pour connaître à l’avance le nombre de passagers dans un autobus ou un wagon de métro. 

«La clientèle pourra déterminer si elle se sent en sécurité pour monter à bord du bus ou du métro, compte tenu de l’information sur la charge qui va être divulguée», a précisé Luc Tremblay, directeur général de la STM. 

Parmi les mesures annoncées, on retrouve le retour à la normale de la fréquence de passage des trains, l’installation de barrières physiques entre les chauffeurs et les passagers, une nouvelle cohorte d’inspecteurs et le maintien du nettoyage accru. 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com