/sports/football
Navigation

Douche froide pour les joueurs de la LCF

Le commissaire a évoqué l’annulation de la saison

Le commissaire de LCF Randy Ambrosie
Photo d'archives, Agence QMI Le commissaire de LCF Randy Ambrosie

Coup d'oeil sur cet article

Les joueurs de la Ligue canadienne de football ne savaient pas que le commissaire Randy Ambrosie allait évoquer la possibilité que la saison 2020 soit annulée, jeudi, devant la commission parlementaire à Ottawa. Une affirmation qui a surpris tout le monde, dont l’Association des joueurs. 

• À lire aussi: LCF: le commissaire Randy Ambrosie est pessimiste pour la saison 2020  

Elle n’avait pas été informée du contenu de l’allocution d’Ambrosie, a appris Le Journal.

Les athlètes de la LCF ont donc appris cette avenue possible en même temps que le public. Cela a eu l’effet d’une douche froide. 

Les propriétaires et les joueurs avaient amorcé des négociations au sujet de la campagne qui a été repoussée au début juillet. Celles-ci ont été rompues mercredi en raison d’une mésentente sur des points importants de la convention collective qui a été ratifiée l’an dernier. 

Ambrosie s’est adressé aux élus d’Ottawa pour demander une aide de 150 millions $ afin de permettre à sa ligue de survivre à l’annulation possible de la saison. Il a également mentionné que le futur de la LCF en dépendait. 

Cependant, le montant de la compensation offerte aux joueurs dans ce scénario n’est pas indiqué. Pour le moment, ceux-ci sont dans le néant et ils n’ont aucune idée de la proposition qu’ils recevront des propriétaires. En sachant qu’ils devaient empocher 50 M$ en salaires en 2020, quel serait le montant juste, 25, 30 ou 40 M$ ? 

Quoi qu’il en soit, les deux parties devront mettre de l’eau dans leur vin pour en arriver à une entente équitable pour tout le monde. 

Le Québec, le maillon faible ?

Ambrosie se tient au courant de la situation de la COVID-19 dans toutes les provinces grâce aux conférences téléphoniques qu’il organise avec les représentants de ses équipes.

Pendant que plusieurs villes canadiennes seront en mesure d’amorcer leur plan de déconfinement, la situation est loin d’être sous contrôle à Montréal. La date du 25 mai a été fixée jeudi par la santé publique, mais elle pourrait être à nouveau repoussée. 

Est-ce que cette situation influencera les prochaines décisions d’Ambrosie ? Fort possible. Il doit s’assurer d’avoir neuf équipes pour lancer la campagne. Pas moins. 

Pour le moment, il est impensable pour les Alouettes de tenir un camp d’entraînement ou de jouer des matchs à huis clos au stade Percival-Molson. C’est la triste réalité.