/misc
Navigation

Pas avantageux de renouveler son hypothèque durant la crise

0508_dvp
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Perte de revenu, endettement en hausse, la crise de la COVID-19 malmène les finances de bon nombre de Québécois alors que nous sommes en pleine saison de renouvellements hypothécaires. Quelles sont les conséquences ? 

Année après année, c’est entre les mois d’avril et de juin qu’on enregistre le plus grand nombre de transactions sur le marché immobilier.  

Voilà qui explique qu’un grand nombre de contrats hypothécaires arrivent à échéance au printemps. 

En ce moment, ce sont surtout les renouvellements qui occupent les représentants en hypothèques.  

Or, certains ménages dont les revenus ont fondu récemment en raison d’une perte d’emploi peuvent se trouver dans une situation aussi inusitée qu’inconfortable : au renouvellement, ils pourraient ne pas se qualifier pour l’hypothèque sur la maison qu’ils possèdent déjà. 

Processus de qualification 

Lorsqu’on contracte une hypothèque, il faut démontrer que nos obligations financières, incluant remboursement de nos dettes, ne dépassent pas 44 % de notre revenu brut.  

Si un couple s’est qualifié de justesse pour un prêt hypothécaire amorti sur 25 ans, il pourrait ne plus satisfaire les exigences au renouvellement, 5 ans plus tard, si un des conjoints est au chômage. 

Même en temps normal, ce genre de situation peut se produire, mais il pourrait se multiplier au cours des prochains mois. 

Un risque de perdre sa maison ? 

Si cela vous arrive, il ne faut pas paniquer : cela ne mènera pas à la perte de votre maison. 

« Si on reste chez le même prêteur et qu’on n’a pas besoin de financement supplémentaire, on n’a pas à repasser à travers le processus de qualification. En général, le prêteur ne vous posera aucune question au moment du renouvellement », affirme Gilles Bouillon, président de Planiprêt. 

Il y a tout de même un inconvénient majeur : on perd une bonne partie de son pouvoir de négociation. Comme on se trouve prisonnier d’un seul prêteur, on ne peut faire jouer en sa faveur la concurrence.  

Conseils  

  • À l’approche de la fin du contrat, le prêteur habituellement fait une offre de renouvellement pour un nouveau terme. 
  • N’ouvrez pas votre jeu s’il ne vous pose pas de questions sur votre situation.  
  • Si vous avez demandé un report de paiements, vous n’aurez sans doute pas d’autre choix que de rester avec le même prêteur. 
  • Ce n’est pas parce qu’on se trouve en situation de faiblesse qu’on doit accepter la première offre de son prêteur, surtout si la proposition n’est pas avantageuse. Négociez une baisse. 
  • Si le prêteur n’est pas disposé à faire une offre satisfaisante, optez pour un terme plus court, un an ou deux ans.  
  • Vous vous demandez si vous vous qualifiez pour un prêt ? Voici un outil sur le web