/news/consumer
Navigation

Prendre goût à la bière avec Maxim Lapierre

Prendre goût à la bière avec Maxim Lapierre
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Ayant découvert l’Allemagne en se joignant aux Polar Bears de Berlin lors de la dernière saison, le hockeyeur Maxim Lapierre en a profité pour s’initier au monde de la bière.  

«Honnêtement, je n’ai jamais été un gros “buveux” de bière dans le sens où j’ai toujours bu des bières plus conventionnelles, mais quand je suis arrivé en Allemagne, j’ai certains coéquipiers qui m’ont partagé leur passion, raconte l’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey. Ç’a permis de découvrir des bières de différents types, selon le village ou la région d’où ça vient. Aujourd’hui, je réalise que c’est la même chose au Québec.»  

En marge d’un projet de baladodiffusion intitulé La Poche Bleue avec son ami et ancien coéquipier Guillaume Latendresse, il est devenu logique pour Lapierre et son acolyte de lancer leur propre bière, en collaboration avec la Microbrasserie Le Bilboquet. Après tout, le concept avoué de La Poche Bleue est d’aider les entrepreneurs québécois et pas seulement de faire des entrevues avec des athlètes qui sont originaires d’ici.  

«Nous avons choisi une bière ale blonde 100% québécoise qui régalera les amateurs de La Poche Bleue», vient préciser fièrement Jonathan Robin, propriétaire de la Microbrasserie Le Bilboquet.  

La bière, a-t-on pu apprendre, sera disponible en quantité limitée dès le 1er juin dans un peu plus de 300 détaillants à travers le Québec.  

Un projet à poursuivre  

En attendant de voir un dessin d’eux sur des canettes, Lapierre et Latendresse continuent de s’amuser avec le nouveau podcast, diffusé en direct le jeudi soir à 21h et disponible en tout temps sur YouTube.  

Depuis le lancement, ils ont notamment reçu l’ancien gardien Martin Brodeur, le pilote automobile Jacques Villeneuve et le skieur acrobatique Mikaël Kingsbury au cours des dernières semaines.  

«Personnellement, j’ai bien aimé l’anecdote de Jacques Villeneuve qui a fait pipi dans sa combinaison avant de la donner à Sylvester Stallone», a noté Lapierre, en riant, résumant une histoire survenue lors d’un certain Grand Prix de Formule 1.  

Les deux anciens joueurs du Canadien de Montréal aiment tellement ce nouveau projet qu’ils songent maintenant à continuer bien au-delà de la période de pandémie de coronavirus. Autant pour se divertir que pour encourager les produits québécois.  

«Au début, on faisait ça plus pour s’amuser, a indiqué Lapierre. On n’avait pas de projets futurs, mais là, ça va vraiment bien, on reçoit beaucoup de demandes et on se dit: pourquoi pas continuer?»  

Passer à un autre niveau  

Même en se retrouvant à nouveau en Allemagne la saison prochaine, où il détient un contrat avec les Polar Bears, Lapierre souhaite continuer l’aventure.  

«Avec la technologie, on peut faire n’importe quoi et n’importe où, a lancé Lapierre. On peut même amener ça à un autre niveau en faisant ça en direct, par exemple, devant un bout du mur de Berlin.»