/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: les Sœurs de Sainte-Croix aux prises avec la COVID-19

COVID-19: les Sœurs de Sainte-Croix aux prises avec la COVID-19
Photo d'archives NADIA LEMIEUX

Coup d'oeil sur cet article

La congrégation des Sœurs de Sainte-Croix est aux prises avec une éclosion de COVID-19 depuis le mois d’avril. Bien que la situation semble se stabiliser, la direction a lancé un nouvel appel à l’aide pour pallier le manque criant de personnel.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

• À lire aussi: Justin Trudeau «très inquiet» pour Montréal  

Un premier appel avait déjà été lancé par ces religieuses pour obtenir du matériel médical et des tests de dépistage.  

Au total, 34 sœurs sur 120 ont été contaminées. Chez les membres du personnel, il y a une trentaine de cas.  

Le recrutement est devenu difficile pour la résidence privée, qui fait affaire avec le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal. Ce dernier dit fournir des ressources, mais ne pas pouvoir «rivaliser» avec le secteur public et sa prime pour les travailleurs du milieu de la santé.  

À la congrégation des Sœurs de Sainte-Croix, l’âge médian est de 90 ans. Dans d’autres circonstances, plusieurs sœurs seraient allées donner un coup de main. Mais leur âge avancé ne leur permet pas d’aider présentement puisqu’il les rend très vulnérables au coronavirus.  

«Notre personnel qui est demeuré fidèle est essoufflé, fatigué, épuisé», a déploré Sophie Ménard, directrice des ressources humaines de la résidence, samedi, en entrevue à LCN.  

«Les journées sont longues. On essaie autant que possible de ne pas demander de temps supplémentaire aux membres de notre personnel pour s’assurer qu’ils reviennent le lendemain pour faire leurs quarts de travail. On essaie de contribuer avec du personnel externe», a dit Mme Ménard, qui a également évoqué un manque d’infirmières.  

De son côté, le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal dit offrir du soutien à la résidence. Mercredi dernier, il lui a envoyé une infirmière auxiliaire, deux aides de service et un bénévole qui étudie pour devenir préposé aux bénéficiaires. À l’évidence, ces ressources ne sont pas suffisantes pour répondre aux besoins.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.