/news/health
Navigation

64 travailleurs infectés à la COVID-19 à l’usine Cargill de Chambly

Coup d'oeil sur cet article

Une éclosion de COVID-19 a touché pas moins de 64 travailleurs de l’usine de transformation de viande Cargill à Chambly, l'une des plus importantes dans la grande région de Montréal.   

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus  

• À lire aussi: L’industrie du bœuf vit un sale quart d’heure  

• À lire aussi: Éclosion dans une usine de Chambly  

L'usine, qui compte 500 employés, fermera temporairement ses portes à partir de mercredi. Entre-temps, les activités ralentissent progressivement jusqu'à cette date pour limiter le gaspillage alimentaire.      

Au total, 171 employés de l’usine, dont les personnes infectées, ont été retirés de leur milieu de travail et ont été mis en quarantaine, a confirmé Roxane Larouche, porte-parole du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce.          

Malgré cette explosion du nombre de cas à l'usine de Chambly, Mme Larouche assure que toutes les mesures de protection ont été mises en place dès le début de la pandémie.      

«Cargill va au-delà de ce que la santé publique recommande. Dès le début, des plexiglas ont été mis en place tout comme les mesures de distanciation sociale. Les heures de repas ont été modifiées pour que les groupes ne mangent pas en même temps et il y a un écart de 30 minutes entre les quarts de jour et de soir pour éviter que les travailleurs se croisent», a-t-elle expliqué à la caméra de TVA Nouvelles.      

Situation sous contrôle   

«Le fait qu'on ferme l'usine de façon préventive démontre qu'on n'est pas dans un cas extrême et on se trouve dans une zone qu'on contrôle plutôt bien. L'usine ne devrait pas être fermée pendant des semaines. On parle de quelques jours tout au plus», assure la porte-parole du syndicat Roxane Larouche.     

Un communiqué émis par Cargill stipule que l'entreprise «travaille en étroit partenariat avec les responsables locaux de la santé et le syndicat pour tester les employés le plus tôt possible».     

Cette importante contamination communautaire serait due, entre autres, au fait que plusieurs membres par famille peuvent travailler à l'usine, de même que des colocataires.