/news/coronavirus
Navigation

Nos ex-politiciens en confinement

Des figures importantes de la politique québécoise racontent leur quotidien bouleversé par la COVID-19

Coup d'oeil sur cet article

Cuisine, jardinage, marches de santé, réflexions sur l’avenir : sept anciens politiciens dévoilent une partie de leur quotidien en période de confinement et partagent avec nous leur état d’esprit sur le Québec en temps de crise.   

Pauline Marois    

Première ministre péquiste de 2012 à 2014  

Sa liste de choses à faire est longue. Mais ses journées se terminent avec un appel Skype durant lequel elle retrouve sa mère de 94 ans, ses frères et ses sœurs.    

À l’ordre du jour : des blagues, des conversations banales, mais aussi des réflexions sur l’avenir du Québec. Celle qui a aussi été ministre de la Santé de 1998 à 2001 a préparé la Loi sur la santé publique, qui donne aujourd’hui beaucoup de pouvoirs aux autorités.    

Elle estime maintenant qu’une réflexion profonde s’impose. « On a failli à protéger nos aînés », lance-t-elle sans détour.      

Pierre-Marc Johnson    

Premier ministre péquiste d’octobre à décembre 1985  

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Il s’est découvert de nouvelles passions. « Ma femme et moi adorons faire du pain », dit-il en riant.    

Il suit tous les jours le point de presse de 13 h. La crise actuelle va amener les Québécois à produire et consommer de manière plus locale, observe-t-il. Mais en raison du petit marché qu’est le Québec, les importations et les exportations devront tout de même faire partie de notre économie. « Il faut trouver un équilibre. »     

Lisette Lapointe    

Députée péquiste de 2007 à 2012  

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Lorsqu’elle voit ce qui arrive dans les centres d’hébergement pour personnes âgées, Lisette Lapointe se désole : à son entrée en poste comme députée, la situation était déjà catastrophique.    

« Ça me donne mal au cœur de voir ce qui se passe en ce moment dans les CHSLD », dit-elle. Au quotidien, Mme Lapointe tente de vivre « paisiblement » le confinement, après avoir dû revenir en urgence du Mexique où elle se trouvait au début de la crise. Ces jours-ci, elle travaille sur des projets de commémoration pour son défunt mari, Jacques Parizeau.    

La politicienne concède aussi qu’elle a bien hâte de serrer son petit-fils dans ses bras.     

Louise Harel    

Ex-ministre de l’Emploi et députée péquiste de 1981 à 2008  

Constatant ce qui se produit dans les CHSLD, Louise Harel estime que Québec doit investir au plus vite en prévention et en soins à domicile pour nos aînés.    

Elle souhaite aussi que la classe politique entame une sérieuse réflexion sur les méga-établissements de santé.    

« C’était un échec annoncé. Ce problème-là [dans les CHSLD] était rendu dans un angle mort », explique celle qui a été la première femme à présider l’Assemblée nationale.    

Depuis le début de la crise, Mme Harel en profite pour redécouvrir son quartier, à Montréal, et même ressortir sa bicyclette. « Ça fait des années que je n’en ai pas fait », précise-t-elle.     

Raymond Bachand    

Ex-ministre des Finances et député libéral de 2005 à 2013  

Photo courtoisie, Raymond Bachand

Le confinement n’est pas synonyme de repos pour celui qui travaille au sein d’un cabinet d’avocats et qui siège à deux conseils d’administration.    

« Étant donné que tout se fait virtuellement, j’ai plus de réunions que d’habitude dans une journée. »    

Malgré la crise, celui qui cultive son jardin est confiant pour l’avenir du Québec, à condition qu’on rouvre rapidement l’économie, surtout si les Américains le font.      

Françoise David    

Ex-députée de Québec solidaire de 2012 à 2017  

Photo Agence QMI, Joël Lemay

« C’est beau, quelque part. On se préoccupe plus de notre entourage », soutient celle qui s’assure de prendre régulièrement des nouvelles de ses amis. Elle profite de cette période de confinement pour écouter des concerts d’orchestres symphoniques sur le web. Elle souhaite que le Québec évite « de retomber dans les ornières des 20 dernières années où on a charcuté dans les services publics ».      

Yvon Picotte    

Ex-ministre de l’Agriculture et député libéral de 1973 à 1994  

Même en temps de crise, Yvon Picotte continue de faire du bénévolat. Il doit toutefois travailler à distance, ce qui lui fait réaliser l’importance des contacts humains.    

Celui qui a été président de l’Action démocratique du Québec espère que la pandémie actuelle amènera les Québécois à développer davantage leur autosuffisance alimentaire.    

« Déjà à l’époque, je disais aux gens de remplacer leur jus d’orange par du jus de pomme québécois pour encourager les producteurs d’ici », donne-t-il en exemple. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres