/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Vivre une naissance loin de la famille

Le patineur de vitesse Charles Hamelin et sa conjointe sont d’heureux parents

x
Photo courtoisie La famille du patineur de vitesse Charles Hamelin et de sa conjointe, Geneviève Tardif, est maintenant lancée. Leur petite Violette est née à la Cité-de-la-Santé de Laval, sous la supervision du Dr François Lacombe.

Coup d'oeil sur cet article

  •  Pour lire le dossier complet sur les bébés de la pandémie, cliquez ici.   

Malgré quelques précautions de circonstance à l’accouchement, la pandémie de la COVID-19 n’a nullement brimé le bonheur de Charles Hamelin et Geneviève Tardif de voir naître leur petite Violette.   

  • Bébé : Violette Hamelin   
  • Mère : Geneviève Tardif   
  • Père : Charles Hamelin   
  • Date de naissance : 23 avril 2020   
  • Ville : Montréal      

« À 5 h 55, au lever du soleil et avec la petite musique, c’était le fun ! » raconte la nouvelle maman en revivant ce matin du jeudi 23 avril à l’hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval.   

x
Photo courtoisie

Coupés du monde extérieur   

Même pendant une crise mondiale provoquée par un virus, les heures précédant un accouchement ne diffèrent pas tellement du cours habituel des choses.    

Comme n’importe quel conjoint dans cette situation, Hamelin a vécu une course folle d’un autre genre que celles pour lesquelles il carbure dans sa carrière de patineur de vitesse : perte des eaux en route vers l’hôpital, voiture laissée devant l’entrée avec le moteur qui tourne, protocole d’accueil en accéléré, etc.   

« Quand on est entré, il y avait trois ou quatre personnes à l’accueil qui ont dit : Eh, on vous connaît, vous ! Gen marchait appuyée sur moi. Les gens ont tout de suite compris qu’on venait pour un accouchement ! » relate Charles, encore amusé par la scène.   

Entre leur irruption à l’hôpital, l’expérience unique pour Charles d’accompagner sa conjointe durant l’accouchement et leur retour à la maison, moins de 48 heures se sont écoulées.   

Cette période intense a permis aux deux amoureux de s’évader de notre univers transformé depuis deux mois par cette pandémie.   

« Ça a fait en sorte qu’on a pu se trouver dans notre propre monde. Les médecins, les infirmières et les membres du personnel sont tous venus nous voir dans notre salle de séjour. On était concentrés à 100 % sur Violette avant de revenir dans le vrai monde. Encore aujourd’hui, on est avec elle et on ne réalise pas tout à fait ce qui se passe à l’extérieur », a partagé l’animatrice, une semaine après la naissance.   

Née à la même place que maman  

x
Photo courtoisie

Quand Violette s’est pointée, le Dr François Lacombe l’a identifiée comme étant le 9119e bébé qu’il mettait au monde depuis qu’il pratique.    

L’anecdote n’est pas banale, car si l’on remonte dans sa collection jusqu’au 3 mai 1988, on y découvre le bébé numéro 827, qui s’appelle aujourd’hui... Geneviève Tardif.   

« Ça veut donc dire qu’il connaît Gen depuis qu’elle a l’âge de zéro minute ! Ça démontre comment cet homme est tellement passionné par ce qu’il fait », décrit Charles Hamelin.   

« Je suis née là, au même endroit que Violette, et avec le même médecin. Ça aussi, c’est beau », ajoute la maman, émue.   

x
Photo courtoisie

Bonheur à distance   

Avec la crise actuelle, le bonheur associé à une naissance comporte toutefois des limites.    

La distanciation prescrite par les autorités de santé publique n’autorise pas les grands-parents à bercer le plus récent trésor de la famille.    

« C’est dur, concède Charles. On échange par FaceTime presque chaque jour, on envoie des photos et de courts vidéos. Quand on termine nos conversations, il y a toujours un peu de tristesse, surtout de la part de ma mère, qui est très émotive. Et là-dessus, je tiens d’elle ! »   

« Je trouve ça difficile, renchérit Geneviève. Ça l’était aussi à la fin de ma grossesse, quand je devais demeurer à la maison sans avoir ma mère à côté de moi qui pouvait toucher à ma bedaine. C’est mon premier enfant et j’ai envie de vivre ça avec ma famille, mais il faut s’adapter. De toute façon, on ne peut pas faire autrement. »

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.