/news/coronavirus
Navigation

Horacio Arruda fait son mea culpa sur les projections de mai

Le directeur national de santé publique du Québec Horacio Arruda
Photo Jean-François Desgagnés Le directeur national de santé publique du Québec Horacio Arruda

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda, avoue avoir sous-estimé l’ampleur de l’inquiétude soulevée par les plus récentes projections sur l’évolution de la pandémie publiées tard, vendredi dernier.

• À lire aussi: COVID-19: Plus de 3000 décès, il ne faut pas avoir peur des Montréalais, dit Legault  

• À lire aussi: [EN DIRECT LUNDI 11 MAI 2020] Tous les développements de la pandémie de coronavirus  

«Je ne savais pas que ces données seraient aussi explosives», a reconnu lundi le Dr Arruda, aux côtés d’un premier ministre visiblement insatisfait de la séquence des événements.   

Legault n’en savait rien  

«Je le précise, ce n’est pas moi, ce n’est pas le gouvernement qui a décidé de la date puis l’heure de la publication des études», a indiqué d’entrée de jeu François Legault, tout en réitérant l’indépendance de la santé publique.   

Le Dr Arruda a confirmé que contrairement au premier ministre, il était déjà «au fait des versions préliminaires» des projections de mai que l’INSPQ s’apprêtait à rendre publiques, lorsqu’il s’est présenté devant les caméras aux côtés de la mairesse Valérie Plante.   

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, à QUB Radio:  

«Je ne voulais pas rendre les gens anxieux, en ne disant rien (sur ces projections). [...] Mais la raison pour laquelle je suis allé à Montréal le vendredi, c’est qu’on lançait le nouveau programme de dépistage dans Montréal-Nord», a-t-il expliqué. Le Dr Arruda a toutefois assuré qu’une présentation détaillée de ces projections, qui seront dorénavant mises à jour de façon hebdomadaire, aura lieu prochainement.   

«Scénario du pire»  

Rappelons que les plus récentes projections du groupe d’experts de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) font craindre le pire à Montréal en cas de déconfinement, avec plus de 10 000 cas d’infection et 150 nouveaux décès par jour cet été. La réouverture des commerces non essentiels ayant été reportée deux fois plutôt qu’une à Montréal, le Dr Arruda croyait que les projections de l’INSPQ seraient interprétées comme étant le «scénario du pire» en cas de déconfinement.   

«C’est un scénario où on examinait ce qui arriverait si on ouvrait les commerces de détail, les écoles et les services de garde à Montréal», a résumé M. Legault.   

«On venait nous dire : si vous ouvrez, à Montréal, les commerces de détail, les écoles puis les services de garde, il va avoir une explosion du nombre de cas, d’hospitalisations puis de décès. Donc, c’est venu confirmer qu’on avait pris la bonne décision de reporter ces ouvertures au 25 mai.»   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

  

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres