/news/coronavirus
Navigation

Les contrôles routiers sont là pour rester à Oka, selon le grand chef Simon

Coup d'oeil sur cet article

Le grand chef Serge Simon du conseil de bande de Kanesatake a été ferme et catégorique mardi: les contrôles routiers, qu’on retrouve notamment sur la route 344, sont là pour rester, et ce jusqu’à ce que la pandémie s’essouffle. 

• À lire aussi: Pas de vaccin, pas d’accès à Oka

Le grand chef Simon réagissait au lendemain de la diffusion d'un reportage de TVA Nouvelles sur une mise en demeure déposée par la municipalité d’Oka, qui veut forcer la Sûreté du Québec (SQ) et le ministère des Transports du Québec (MTQ) à retirer ces points de contrôle. 

«Pour moi, c’est juste une autre action d’intimidation», estime le grand chef. 

Capture d'écran TVA

Selon lui, les contrôles routiers ne sont pas politiques et n'ont rien à voir avec les revendications territoriales de Kanesatake. Ils sont là, a-t-il dit, pour protéger autant les membres de sa communauté que les citoyens d’Oka. 

«On regarde la situation de santé des Premières Nations. On est toujours plus haut en diabète, haute pression, problèmes cardiaques, cancer et on est plus susceptibles à ce virus», a-t-il expliqué. 

Avant de pouvoir entrer en territoire mohawk, à Kanesatake, il faut franchir l’un des cinq points de contrôle gérés par des membres de la communauté mohawk. La communauté souhaite ainsi que des gens potentiellement infectés par la COVID-19 passent sur le territoire de Kanesatake. 

Or, ces points de contrôles se trouvent tous dans la municipalité d’Oka, à l’extérieur du territoire mohawk. 

Selon le maire de la municipalité, Pascal Quevillon, ceux-ci n’ont plus leur pertinence étant donné la réouverture progressive des Hautes-Laurentides et de l’Outaouais à la circulation interrégionale. 

Au cours des dernières heures, la municipalité d’Oka a demandé à la SQ et au MTQ, à l'aide d'une mise en demeure, d’intervenir pour retirer ces points de contrôle. 

«Si nos gens sont mis en état d’arrestation, ici, pour les raisons que le maire veut invoquer, moi, c’est simple, je vais venir moi-même et je vais être là. Je vais prendre leur place et il va y avoir d’autres Mohawks qui vont prendre leur place. Mais on ne s’en va pas», a assuré le grand chef Serge Simon. 

De son côté, le maire d’Oka a déclaré que la municipalité est prête à aller plus loin devant le tribunal pour forcer la levée des contrôles routiers. 

«La justice va suivre son cours. Nous, on va continuer les procédures, on va demander une injonction, et ce sera au juge de trancher», a soutenu M. Quevillon.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres