/news/green
Navigation

Shawinigan: la reprise du nettoyage du site de l'ancienne Belgo tarde

Coup d'oeil sur cet article

SHAWINIGAN | Malgré la réouverture lundi des chantiers industriels, la machinerie n'est pas encore de retour pour achever le nettoyage en surface du site de l'ancienne usine de papier Belgo de Shawinigan.

Le maire de la ville située en Mauricie, Michel Angers, a demandé des explications au ministère de l'Environnement, même s’il comprend que l'entrepreneur qui doit réaliser le contrat a peut-être d'autres priorités dans le contexte de la pandémie.

«On va être beau joueur, mais il va falloir que ça bouge sur ce chantier», a prévenu le maire Angers.

C'est un immense champ de ruine qui accueille depuis plusieurs années maintenant les visiteurs de sa ville via son entrée sud. L'été dernier un premier entrepreneur avait amorcé l'enlèvement des débris, mais n'avait pu terminer le travail étant donné que les volumes à récupérer dépassaient de trois à quatre fois les estimations.

Un second contrat a donc dû être accordé par le ministère de l'Environnement. C'est l’entreprise Sanexen Services Environnementaux qui l'a obtenue. Elle n'avait pu commencer le travail à l'automne en raison de l'arrivée hâtive de l'hiver.

«Est-ce que Sanexen a été affecté à des contrats qui étaient plus prioritaires, je ne saurais dire. Par contre ça ne remet pas en question le fait que ça va se faire», a fait savoir la députée caquiste de Laviolette-Saint-Maurice Marie-Louise Tardif.

Étant donné les coûts colossaux de la pandémie, on ne peut garantir par ailleurs que le ministère de l'Environnement aura les moyens de financer les autres étapes à venir de la remise en état du site de Belgo.

«J'avais l'impression qu'il y avait une machine qui fabrique des dollars au moment où on se parle. Alors j'ai comme l'impression qu'ils vont en fabriquer encore quelques-uns», a lancé avec un sourire, le maire Angers.

«Non écoutez, la pandémie c'est une chose, l'environnement en est une autre. On ne peut pas tolérer d'aucune façon un site comme celui-là», a-t-il ajouté.