/sports/golf
Navigation

Coup de départ le 20 mai pour les golfeurs

Les amateurs pourront s’élancer partout au Québec dès mercredi prochain

Terrain de golf
Photo Chantal Poirier Désert mercredi, le Club de golf de Boucherville sera prêt à accueillir les premiers golfeurs de la saison mercredi prochain.

Coup d'oeil sur cet article

L’attente est terminée. C’est mercredi prochain que les amateurs de golf pourront titiller la petite balle blanche. La ministre déléguée aux Sports et aux Loisirs, Isabelle Charest, a annoncé la reprise du sport, mercredi.  

• À lire aussi: Activités sportives: voici ce qui est permis et ce qui ne l’est pas 

• À lire aussi: Déconfinement timide

Du même coup, tant les golfeurs que les acteurs de l’industrie au Québec ont poussé un soupir de soulagement, eux qui attendaient ce moment depuis les premières annonces du déconfinement. 

Depuis le 1er mai, l’industrie disait perdre 5 M$ par jour. En avril, les pertes étaient plutôt évaluées quotidiennement à environ 140 000 $. En lançant la saison le 20 mai à travers la province, la région de Montréal incluse, l’industrie sera privée d’environ 105 M$. Mais cette bouffée de fraîcheur lui permet de stopper l’hémorragie.  

Respect intégral des critères 

Depuis la semaine dernière, à travers la communauté golfique, on entendait siffler la soupape du presto. La patience était de mise alors qu’elle n’attendait que le feu vert de la direction de la santé publique (DSP) et de la ministre Charest.  

Depuis le début de la pandémie en mars, la ministre a travaillé activement avec les fédérations sportives du Québec, dont l’organisme Golf Québec, à un plan de relance des activités.  

« La santé publique était confortable avec le protocole de lancement de saison des parcours de golf. Il y a eu des discussions sur certains points, dont les voiturettes, mais il s’agit d’un sport où il est relativement facile d’observer la distanciation sociale. La fédération a fait un très bon travail », a expliqué la députée de Brome-Missisquoi dans une entrevue avec Le Journal après son point de presse en après-midi.  

Le golf respecte chacun des cinq critères d’évaluation de la DSP, soit la distanciation physique, le lieu de pratique, l’équipement utilisé, le contexte sportif et les déplacements nécessaires. 

Pour expliquer les délais d’approbation étant donné qu’il s’agit d’une activité individuelle et extérieure, Mme Charest a noté les impacts sur les différents secteurs de la collectivité. Elle ne pouvait procéder au cas par cas. Le Québec était l’un des derniers endroits parmi les régions les plus touchées au monde par la COVID-19 où la pratique était interdite.  

Éviter le pire 

Le climat capricieux jusqu’à présent en mai a aidé à mieux accepter l’attente. Au sein de l’organisme provincial Golf Québec, on estime que la saison n’est pas perdue. « Démarrer le 20 mai, nous ne serons pas si en retard si l’on compare à la température maussade de l’an dernier en mai », a rappelé le directeur général Jean-Pierre Beaulieu.  

« On est conscient que ce sera difficile pour les finances des clubs qui perdent les réceptions et les événements, a-t-il poursuivi, conscient de la dure réalité à venir. De notre côté, on va pouvoir recevoir les cotisations. » 

L’organisme prévoit essuyer des pertes de 25 à 50 % selon ses projections. Il planche d’ailleurs sur les compétitions provinciales, dont l’Alexandre de Tunis et le Duc de Kent qui seraient disputés chacun sur une seule ronde. Tout dépend des consignes de la DSP.   

Les consignes à respecter dès le 20 mai  

  • Ne pas se présenter au parcours plus de 30 minutes avant le temps de départ réservé 
  • Accès restreint au chalet. La voiture dans le stationnement fait office de vestiaire  
  • Jeu à quatre permis 
  • Ne pas se présenter au départ plus de 10 minutes avant son heure de départ  
  • Respecter en tout temps la règle du deux mètres de distance 
  • Carte de pointage disponible sur demande seulement 
  • Voiturette électrique disponible pour une personne, 2 personnes vivant sous le même toit ou 2 personnes s’il y a séparateur physique 
  • Ne pas toucher le fanion et replacer le sable dans les fosses avec ses pieds 
  • Ne pas utiliser l’équipement d’un autre joueur 
  • Aucune poignée de main entre compagnons de jeu 
  • Aucun rassemblement au « 19e trou »  

Des téléphones rouges  

Sur le coup de 15 h 35 mercredi, les amateurs ont fait surchauffer les téléphones des clubs de golf à travers la province.  

Selon les régions, les clubs seront prêts à les accueillir dès mercredi. Dans les régions plus au nord, il faut s’attendre à de légers délais afin de préparer les parcours correctement.  

Prêt à lancer sa saison depuis la fin mars, l’International 2000 situé à Saint-Bernard-de-Lacolle a rapidement garni sa première carte de réservation. Une centaine de noms y figuraient quelques minutes après l’annonce ministérielle.  

« Le téléphone ne dérougit pas. J’ai trois employés sur les téléphones, a fait remarquer le directeur des opérations Sylvain Patry. On attend ce moment depuis des semaines.  

« On sentait l’impatience grimper quand les gens nous appelaient, a ajouté celui qui a perdu des centaines de milliers de dollars depuis mars. Nos parcours sont prêts et on accueillera nos clients sécuritairement dès 6 h mercredi prochain. »   

Il était temps ! 

À Saint-Jean-sur-Richelieu, le directeur général du Club de golf St-Jean, Éric Briand, a lâché un « il était temps que ça commence » bien senti lorsqu’il a décroché le téléphone.  

« Je commence ma 30e saison bizarrement, avec 20 jours de retard, mais je suis content de la démarrer, a souligné celui qui a ajouté des membres à son répertoire. C’était un dossier lourd à vivre, mais nous sommes passés à travers. » 

À l’Association des clubs de golf du Québec, le président Martin Ducharme souriait à pleines dents. Selon lui, près de 80 % des quelque 340 clubs de la province pourraient ouvrir au même moment, mercredi prochain. 

À noter que la direction de la santé publique a approuvé intégralement le protocole d’ouverture de la Table de concertation de l’industrie du golf évoquant les règles de conduite dans les clubs, tant les employés que la clientèle.