/lifestyle/techno
Navigation

La messagerie Telegram sonne le glas de son projet de monnaie virtuelle

Coup d'oeil sur cet article

MOSCOU | La messagerie cryptée Telegram a annoncé la fin de son ambitieux projet de monnaie virtuelle et de système de paiement à la suite d’un long bras de fer avec le gendarme américain des marchés (SEC). 

«Malheureusement, un tribunal américain a empêché la réalisation de TON», a déclaré mardi soir sur sa chaîne Telegram le co-fondateur russe de la messagerie, Pavel Dourov, annonçant «officiellement que l’implication active de Telegram dans (ce projet) est terminée». 

Le réseau TON (Telegram Open Network), reposant sur la technologie blockchain, devait créer tout un système de paiement sécurisé et rapide se voulant «une alternative à Visa et Mastercard pour une nouvelle économie décentralisée». 

Il devait être assorti d’une monnaie virtuelle, le «Gram». 

Pour cela, Telegram avait recueilli la somme record de 1,7 milliard $ US auprès de 200 investisseurs privés, lors d’une collecte de fonds massive en cryptomonnaies (ICO). 

La SEC avait saisi la justice au motif que Telegram n’avait pas enregistré son offre et ses conditions auprès du gendarme des marchés. S’en était suivie une bataille judiciaire. 

«Pendant les deux dernières années et demie, certains de nos meilleurs ingénieurs ont travaillé» à ce projet «révolutionnaire», a regretté M. Dourov. 

Le fondateur explique que le tribunal américain aurait interdit l’utilisation de ces produits «pas uniquement aux États-Unis, mais dans le monde entier». 

«Les États-Unis peuvent utiliser leur contrôle du dollar et du système financier global pour fermer n’importe quels banque ou compte bancaire dans le monde», a-t-il affirmé, critiquant la «dépendance» du reste du monde à Washington. 

Le sulfureux fondateur de Telegram a conclu son message par un vibrant appel à la «décentralisation». 

La messagerie Telegram, créée en 2013 par les frères russes Nikolaï et Pavel Dourov, est avant tout connue pour sa capacité à protéger et anonymiser les échanges. Rejetant tout type de contrôle sur son fonctionnement et sa gouvernance, elle compte aujourd’hui 400 millions d’utilisateurs.