/sports/golf
Navigation

Réouverture des parcours de golf: «La centrale téléphonique a planté»

Coup d'oeil sur cet article

La réouverture des parcours de golf prévue le 20 mai, même dans la grande région de Montréal, a provoqué un immense élan de joie chez les golfeurs au point où la centrale téléphonique du club Château-Bromont «a planté», mercredi après-midi.

• À lire aussi: Coup de départ le 20 mai pour les golfeurs

«C’était incroyable, ce qui s’est passé. J’ai un collègue au Club de golf de Saint-Jean-sur-Richelieu qui a vendu hier 40 passes pour la saison 2020. Les gens attendaient, la fébrilité est dans l’air. Les gens veulent aller prendre l’air, faire un sport de santé. Ils ont tellement hâte», s’est réjoui Martin Ducharme, le président de l'Association des clubs de golf du Québec, en entrevue à l’émission «Le Québec Matin» de LCN.  

«Mon souhait a été réalisé : on ouvre la province au complet en même temps. C’est historique, ce qui va se passer là.»  

Pertes substantielles  

Toutefois, il reste que les pertes financières pour l’industrie du golf, comme pour d’autres secteurs, sont catastrophiques cette année. L’arrêt, incluant l’annulation de tous les événements dans les clubs de la province, a coûté 800 millions $ et 20 000 emplois.  

«On parle de tous les événements annulés. On parle de mariages, de cocktails, de tournois, d’événements corporatifs. Tous ces événements qui étaient considérés comme des rassemblements ont été annulés en 2020», a expliqué Ducharme.  

Malgré tout, l’engouement pour le golf semble si fort cette année, que malgré les pertes énormes, on croit relancer l’industrie grâce aux nouveaux membres. «On a 1,1 million d’adeptes au Québec. Je suis persuadé qu’on va augmenter ce nombre grâce aux familles.»  

Nouvelles mesures  

En raison de la distanciation sociale, les voiturettes de golf seront adaptées avec des séparateurs en plexiglas. Ainsi des personnes qui ne résident pas à la même adresse pourront utiliser un même véhicule.  

Les golfeurs n’auront pas le droit de toucher les fanions et un mécanisme permettra de faire sortir la balle du trou automatiquement. Ils devront se présenter sur les parcours 30 minutes à l’avance, pas plus. Par ailleurs, les cantines et les boutiques seront ouvertes.  

«Quand vous allez faire un oiselet, il n’y aura pas de ‘’high-five’’, a ajouté en riant Ducharme. On est une industrie responsable, maintenant, il reste aux golfeurs à l’être. C’est important. Les consignes sont partagées partout. Les gens devront les suivre à la lettre parce qu’on ne veut pas se faire fermer dans un mois. C’est la tolérance zéro.»