/world/middleeast
Navigation

COVID-19 : l’Iran enregistre 2102 nouveaux cas, plus forte hausse en un mois

COVID-19 : l’Iran enregistre 2102 nouveaux cas, plus forte hausse en un mois
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Téhéran a annoncé vendredi plus de 2100 nouveaux cas de COVID-19, soit la plus forte hausse du nombre de contaminations en plus d’un mois, mettant en garde contre des foyers touchant de nouvelles régions en Iran.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus  

Le porte-parole du ministère de la Santé Kianouche Jahanpour a indiqué que 2102 nouveaux cas avaient été enregistrés au cours des dernières 24 heures, portant le total de malades dans le pays à 116 635. 

Cette hausse des contaminations est la plus forte enregistrée depuis le 6 avril dans ce pays, le plus endeuillé par la pandémie de COVID-19 au Proche et Moyen-Orient. 

Le nouveau coronavirus a fait 6902 morts à ce jour en Iran selon M. Jahanpour, dont 48 ces dernières 24 heures. 

Depuis l’apparition des premiers cas en février sur son sol, la République islamique peine à endiguer la propagation du virus. 

La province du Khouzestan reste «rouge», soit le niveau de risque le plus élevé selon le code couleur adopté par le gouvernement pour mesurer le risque de propagation du virus. 

Plusieurs provinces pourraient se voir attribuer le même niveau d’alerte, a ajouté M. Jahanpour. 

«Les autres provinces où l’on pourrait voir des hausses d’infection sont le Lorestan , le Sistan-Balouchistan, et l’Azerbaïdjan oriental.» 

Le porte-parole a exhorté les habitants de ces provinces de respecter les protocoles sanitaires. 

Téhéran avait par ailleurs indiqué jeudi que la situation pourrait également être «critique» au Khorassan du Nord, dans le nord-est du pays. 

Le Khouzestan est la seule province où ont été réimposées à ce jour des mesures de restriction, dont la fermeture des commerces non-essentiels. 

Depuis le 11 avril, le gouvernement a autorisé une reprise progressive de l’activité économique et levé les restrictions imposées aux déplacements entre les villes. 

Les autorités ne donnent plus depuis avril de chiffres sur la maladie province par province. 

Selon les chiffres officiels, 91 836 personnes atteintes du virus sont aujourd’hui guéries et sont sorties de l’hôpital. 

Pour certains experts étrangers, mais aussi plusieurs responsables iraniens, les chiffres du gouvernement sont largement sous-estimés.