/news/society
Navigation

COVID-19: adapter un camp de vacances est tout un défi

GEN-Groupe de jeunes à un camp de jour
Photo d'archives MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Le gouvernement Legault a rendu public son guide de relance des camps de jour vendredi. Les camps de vacances, eux, attendent toujours de savoir à quoi s'en tenir.

• À lire aussi: Distanciation chez les petits: «On va en faire des morts-vivants» – Dr Chicoine

• À lire aussi: Camps de jour: des municipalités optimistes en Mauricie

• À lire aussi: Activités sportives: voici ce qui est permis et ce qui ne l’est pas

C'est tout un défi d'adapter à la fois l'hébergement, les activités, la cafétéria et les blocs sanitaires pour qu'ils respectent tous les mesures de précaution actuelles concernant la COVID-19.

Sans connaître exactement les règles qui seront en place cet été, certains camps ont commencé à faire leur plan d'action.

«D'ici la semaine prochaine, on devrait avoir pris notre décision à savoir si on ouvre cet été ou non. On aura eu le temps de se faire une idée selon ce que le gouvernement va nous exiger», a expliqué vendredi la directrice générale du Camp Lac-en-Coeur, Martine Dupont.

Quelque 1650 jeunes passent chaque été par ce camp situé à Lac-aux-Sables, en Mauricie. Avec la distanciation sociale, le camp n'aura d'autre choix que de diminuer le nombre d'enfants admis. «On va essayer de fonctionner avec 40 % de capacité, donc dans un chalet où il entre 12 enfants, on pourra en mettre cinq maximum», a mentionné Mme Dupont.

Les activités

Certaines activités comme le mur d'escalade ou le bain de boue devront rester fermées cette année, car il sera impossible de les rendre sécuritaires.

«Il faudrait désinfecter chaque prise du mur d'escalade entre chaque enfant qui grimpe... C'est tout un travail», a raconté la coordonnatrice du Camp Lac-en-Coeur, Marianne Baril.

Les animateurs devront user de leur créativité pour remplacer environ 5 % des activités sur le site du camp. Pour celles qui nécessitent du matériel, chaque enfant sera responsable de désinfecter son équipement, sous la surveillance d'un adulte.

Les repas

Un autre casse-tête touche aux repas. Habituellement, 12 jeunes mangent autour d'une même table. Pour respecter la distanciation sociale, il faudra en coller une deuxième, voir une troisième. Un deuxième service pourrait bien être nécessaire.

Mais le plus grand défi des camps de vacances, ce sera de garder la magie fraternelle habituelle, et ce, sans grand rassemblement.