/news/coronavirus
Navigation

Le rince-bouche pourrait-il tuer le coronavirus?

Mouthwash
Pavelis - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Le rince-bouche pourrait offrir une protection contre la COVID-19 selon une étude préliminaire qui doit encore faire ses preuves.  

• À lire aussi: [EN DIRECT 15 MAI] Tous les développements de la pandémie de coronavirus 

Selon les chercheurs, certains produits chimiques présents dans les rince-bouches pourraient détruire la couche externe de graisse, que le virus utilise pour se lier aux cellules humaines.  

Le produit aurait ainsi le potentiel de protéger contre l’infection en tuant le virus avant qu’il n’infecte les cellules humaines.  

Les coronavirus appartiennent à la classe des virus qui possèdent une enveloppe virale, ce qui signifie qu'ils sont recouverts d'une couche graisseuse vulnérable à certains produits chimiques. 

L’équipe de chercheurs internationaux affirme que le rince-bouche pourrait détruire la couche la externe ou «l’enveloppe» du virus, empêchant sa reproduction dans la bouche et la gorge, rapporte le Mail Online.  

Les scientifiques affirment qu'il est urgent de tester l'efficacité du gargarisme dans les essais, bien qu'il n'existe actuellement aucune preuve clinique qu'il serait efficace. 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déjà déclaré à cet effet qu’il «n'y a aucune preuve que l'utilisation d'un rince-bouche vous protégera contre l'infection par le nouveau coronavirus.» 

Les auteurs de l'étude ne disent pas que le rince-bouche actuellement disponible sur le marché empêche le COVID-19, mais que des recherches plus approfondies sur les produits présents dans les rince-bouches pourraient être bénéfiques. 

L’étude est dirigée par l'Université de Cardiff, et l’équipe est constituée d’experts en soins de santé de l'École de médecine de l'Université de Cardiff, ainsi que des universités de Nottingham, Colorado, Ottawa, Barcelone et de l'Institut Babraham de Cambridge. 

«L'utilisation sûre du rince-bouche - comme pour le gargarisme - n'a jusqu'à présent pas été envisagée par les organismes de santé publique au Royaume-Uni», a déclaré l'auteur principal, le professeur O’Donnell, codirecteur du Systems Immunity Research Institute de l'Université de Cardiff. 

«Dans les expériences en tubes à essai et les études cliniques limitées, certains bains de bouche contiennent suffisamment d'ingrédients permettant de tuer les virus pour cibler efficacement les lipides dans des virus enveloppés similaires. Ce que nous ne savons pas encore, c'est si les bains de bouche existants sont efficaces contre la membrane lipidique du SRAS-CoV-2. Notre revue de la littérature suggère que des recherches sont nécessaires de toute urgence pour déterminer son potentiel d'utilisation contre ce nouveau virus.» 

Quels ingrédients? 

 

Les ingrédients des bains de bouche dentaires, dont la chlorhexidine, le chlorure de cétylpyridinium, le peroxyde d'hydrogène et la povidone-iode, ont tous le potentiel de prévenir l'infection et plusieurs «méritent une évaluation clinique», selon les chercheurs. 

L'enveloppe graisseuse du virus ne change pas lorsque les virus mutent, ce qui signifie que le rince-bouche pourrait encore fonctionner contre toute nouvelle souche de coronavirus qui émerge de cette pandémie. 

L'OMS a précédemment réfuté la suggestion selon laquelle le rince-bouche peut prévenir l'infection par le SRAS CoV-2. 

Les bains de bouche courants contiennent le même ingrédient clé que le désinfectant pour les mains qui tue les coronavirus, soit l'alcool. 

Cependant, les CDC américains, l'autorité de santé publique des États-Unis, recommandent un désinfectant pour les mains qui contient au moins 60% d'alcool pour une protection efficace. Les produits comme le Listerine ne contiennent qu'environ 20% d'alcool. 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne également que la consommation d'alcool pur, avec du méthanol ou de l'eau de Javel, est très dangereuse. 

Ces substances ne préviennent ni ne guérissent le COVID-19 et peuvent entraîner un handicap et la mort. 

«Le méthanol, l'éthanol et l'eau de Javel sont parfois utilisés dans les produits de nettoyage pour tuer le virus sur les surfaces - mais vous ne devriez jamais les boire », explique l'OMS sur son site web.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres