/sports/huntfish
Navigation

Un engouement monstre pour la pêche à la journée

Les pêcheurs ont assailli le site internet de la Sépaq pour réserver leur place

Destinations
Photo courtoisie Après un confinement de deux mois, les adeptes de plein air ont hâte de se rendre sur les plans d’eau pour taquiner le poisson.

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois ont hâte de retrouver la nature et la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a été à même de le constater alors que son site internet a été pris d’assaut par des milliers de visiteurs impatients de taquiner le poisson.  

• À lire aussi: Réouverture de certains parcs fédéraux à partir du 1er juin  

• À lire aussi: Une annonce très attendue  

« L’ouverture des réservations pour la pêche à la journée a suscité un engouement hors du commun sur le site web de la Sépaq », a affirmé le responsable des relations avec les médias, Simon Boivin, dans un échange de courriels avec Le Journal

« La mise en disponibilité à la journée de lacs normalement réservés à des pêcheurs en hébergement, mais dont le séjour a dû être annulé en raison de la COVID-19, semble avoir suscité énormément d’intérêt. D’autant plus que la pêche à la journée est actuellement le seul produit de pêche disponible à la Sépaq. »

À la suite de l’annonce de mercredi du gouvernement pour la première phase de son plan de relance des activités sportives, de loisir et de plein air, la réserve faunique La Vérendrye accueillera ses premiers adeptes de pêche le temps d’une journée, le 20 mai prochain. 

Les réserves fauniques Ashuapmushuan, Mastigouche, Port-Cartier–Sept-Îles, Portneuf, Rouge-Matawin et Saint-Maurice suivront le 22 mai, alors qu’il faudra attendre jusqu’au 29 mai avant de lancer sa ligne à l’eau sur les territoires de celles des Chic-Chocs, Laurentides, Matane, Papineau-Labelle, Port-Daniel et Rimouski. La Sépaq Anticosti ouvrira pour sa part le 10 juin.

Système qui surchauffe  

L’ouverture des réservations pour certaines réserves fauniques prévue en matinée a dû être retardée « pour répartir la demande », a expliqué le porte-parole de la Sépaq. Le représentant du Journal s’est d’ailleurs retrouvé derrière plus de 4800 personnes en file d’attente virtuelle avant le début des inscriptions. 

« Cette demande impressionnante a engendré une vague d’achalandage exceptionnelle qui a surchargé momentanément la capacité de nos systèmes. La stabilité des systèmes a été rétablie et il a été par la suite possible d’attribuer les journées de pêche aux personnes qui se sont connectées. Les rangs obtenus par les clients après l’incident ont correspondu au principe du premier arrivé, premier servi », a assuré M. Boivin. 

Cet engouement pour la pêche après deux mois de confinement fait dire à la Sépaq que la population se rendra en masse sur ses territoires au cours des prochaines semaines. 

« La grande demande observée témoigne aussi que la population québécoise a hâte de retrouver ses territoires naturels et qu’elle continue d’être animée par une forte passion pour la pêche [...] Après deux mois de confinement, il fera bon de se retrouver dans la chaloupe, dans le respect des consignes émises par la santé publique », a signalé le porte-parole.

Dans un an 

Par ailleurs, sans dévoiler de chiffres, la Sépaq a enregistré des résultats « au-delà des prévisions » pour les réservations pour la pêche et pour la villégiature à l’été 2021 qui ont débuté dimanche dernier.