/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

20 000 licenciements: une tactique d’Air Canada pour avoir plus d'aide financière?

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce d’une vague de 20 000 futurs licenciements chez Air Canada sert-elle de manœuvre pour négocier une aide financière plus importante de la part du gouvernement fédéral?   

• À lire aussi: Jusqu’à 20 000 licenciements: Trudeau va travailler avec Air Canada  

Le plan de soutien salarial destiné aux entreprises pour leur permettre de tenir le coup pendant la pandémie de COVID-19 ne convient apparemment pas à Air Canada, estime Mehran Ebrahimi, spécialiste en aéronautique et professeur en Sciences de la gestion à l’Université du Québec à Montréal.    

«Air Canada a besoin de plus que ça pour essayer de maintenir sa trésorerie très, très intéressante», a commenté Mehran Ebrahimi en entrevue sur les ondes de LCN, samedi. «Ça se peut que ce soit une espèce de ballon d’essai pour tenter d’accélérer les pourparlers, s’il y en a, pour l’aide du gouvernement.»    

S’il s’agit bel et bien d’une tactique, alors Justin Trudeau a-t-il mordu? Lors de sa mise à jour sur la situation du nouveau coronavirus au Canada, samedi, le premier ministre a rappelé l’existence du programme de subvention salariale, mais n’a pas fermé la porte à une aide financière plus substantielle à l’intention des compagnies aériennes.    

«On va travailler avec toutes sortes de secteurs, toutes sortes de compagnies pour assurer qu’ils puissent passer à travers cette pandémie. On va parler avec Air Canada et d’autres compagnies aériennes pour voir quelles sont les options pour appuyer leurs dizaines de milliers de travailleurs», a dit M. Trudeau.    

L’Australie, les États-Unis et des pays européens ont injecté des milliards de dollars pour aider l’aviation.    

 

 

Le «MAYDAY» des agents de bord   

Des 19 000 à 22 800 personnes à risque de perdre leur emploi chez Air Canada, soit 50 à 60% du personnel, bon nombre seraient assurément des agents de bord, comme la crise sanitaire force l’opérateur aérien à laisser 200 appareils cloués au sol et à n’exploiter que 5% de sa capacité de voyages.    

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) représente ces agents de bord, qui constituent près du quart de l’effectif d’Air Canada. La SCFP a dit à TVA Nouvelles tout faire pour «protéger les emplois de ses 10 000 membres agents de bord.»    

«Nous finalisons présentement la négociation des mesures de mitigation et d’autres éléments avec l’employeur», ajoute-t-on.    

Tout ça fait en sorte que les employés se retrouvent dans un moment d’incertitude, de crainte et d’inquiétude. TVA Nouvelles est allée à la rencontre de deux employés au siège social d’Air Canada à Montréal.    

«C’est sûr que c’est stressant. On ne sait pas trop ce qui va se passer encore. Le climat est quand même tendu. Tout le monde est stressé», dit une employée.    

«C’est un choc. Il y a beaucoup d’incertitude. On a déjà eu une vague de coupures. Maintenant, on en annonce encore plus», a déploré un autre employé.   

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.