/weekend
Navigation

La cité des chacals

L'auteur Parker Bilal
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Une fois de plus, l’écrivain anglo-soudanais Parker Bilal nous invite à filer tout droit en Égypte, où une autre enquête ardue attend Makana, son héros fétiche.  

La cité des chacals est le cinquième opus des aventures du détective privé Makana. Une série signée Parker Bilal qui, en réalité, ne s’appelle pas Parker Bilal. Son vrai nom ? Jamal Mahjoub. Et c’est sous celui-ci que ses sept premiers romans (Le train des sables, Le télescope de Rachid, Là d’où je viens, etc.) ont été publiés entre 1989 et 2006. Pour la petite histoire, Parker Bilal n’a surgi des coulisses qu’en 2012, lorsqu’il a commencé à écrire des polars mettant en vedette Makana. Un héros qui, tout comme lui, a longtemps vécu au Soudan avant d’atterrir en Égypte.  

<strong><em>La cité des chacals</em><br>Parker Bilal</strong><br>Aux Éditions Gallimard<br>464 pages
Photo courtoisie
La cité des chacals
Parker Bilal

Aux Éditions Gallimard
464 pages

Mauvais karma 

Dans son pays d’origine, le Soudan, Makana était un policier efficace et intègre. Mais depuis qu’il a dû en fuir le régime intégriste et s’exiler dans la capitale égyptienne, il n’est plus qu’un simple privé. Qui vivote à bord d’un bateau en piteux état amarré au bord du Nil.  

C’est d’ailleurs dans ce célèbre fleuve que sera repêché un sac contenant rien de moins qu’une tête coupée. Et même si elle a en partie été grignotée par les poissons, il sera encore possible d’y voir, gravées sur le front, d’étranges marques rituelles. Il n’en faudra donc pas davantage à la police pour établir la nationalité de la victime : un Soudanais du Sud. Ce qui tombera plutôt mal, parce que les Cairotes en ont plus qu’assez des Soudanais du Sud qui campent partout dans leur ville en attendant de recevoir leur statut de demandeurs d’asile. Du coup, à part Makana, personne ne s’intéressera vraiment à cette affaire de tête coupée. 

L’intrigue est bonne, certes, mais ce qu’on a apprécié le plus, c’est le tour guidé du Caire qui l’accompagne. En plus de sortir complètement des circuits touristiques habituels, il nous permet de voir ce qu’on n’aura sans doute jamais la chance de voir en vrai : la face cachée de la société égyptienne.   

D’autres thrillers signés Parker Bilal  

Les écailles d’or

Aux Éditions Points, 480 pages
Photo courtoisie
Aux Éditions Points, 480 pages

Dans ce premier volet de la série, Makana se verra confier une très délicate mission : retrouver Adil Romario, un joueur de foot étoile dont l’équipe appartient à un ancien truand devenu milliardaire...   

Meurtres rituels à Imbaba

Aux Éditions Points, 456 pages
Photo courtoisie
Aux Éditions Points, 456 pages

Imbaba est l’un des nombreux quartiers populaires du Caire. Mais sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, il ne tardera pas à devenir impopulaire lorsque plusieurs ados y seront assassinés. À Makana de découvrir pourquoi.   

Les ombres du désert

Aux Éditions du Seuil, 432 pages
Photo courtoisie
Aux Éditions du Seuil, 432 pages

Avec ce troisième volet de la série Makana, qui se déroule en 2002, Parker Bilal se penche surtout sur le sort des femmes victimes de l’intégrisme religieux.   

Le Caire, toile de fond

Aux Éditions du Seuil, 416 pages
Photo courtoisie
Aux Éditions du Seuil, 416 pages

Ici, Makana sera chargé par un riche marchand d’art de retrouver un colonel irakien qui aurait dérobé plusieurs toiles du peintre expressionniste allemand Franz Marc.