/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

La course aux remèdes: lueur d’espoir avec le remdésivir

Le médicament développé pour lutter contre l’Ebola montre des résultats encourageants

GERMANY-HEALTH-VIRUS
Photo AFP Le remdésivir fait l’objet de plusieurs études à travers le monde. Les premiers résultats démontrent un rétablissement plus rapide chez les patients très malades.

Coup d'oeil sur cet article

Dans la course aux médicaments pour traiter la COVID-19, le remdésivir semble avoir « une longueur d’avance » et tous les yeux sont maintenant tournés vers les recherches qui se précisent. 

• À lire aussi: COVID-19: notre bilan mensuel de la recherche

« Ça semble encourageant », commente Sylvie Bouchard, directrice de l’évaluation des médicaments et des technologies à des fins de remboursement de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS), qui conseille le gouvernement du Québec sur les médicaments à utiliser dans la lutte contre le virus. 

« À travers tout ce que nous voyons, c’est le remdésivir qui a la meilleure longueur d’avance. » 

L’INESSS doit publier sous peu une mise à jour concernant ce médicament expérimental initialement développé pour traiter l’Ebola. 

De nombreuses études cliniques sont en cours pour évaluer l’efficacité et l’innocuité du remdésivir chez des sujets hospitalisés ou aux soins intensifs, avec un stade modéré, sévère ou critique de la COVID-19. 

On remarque que, chez les patients très malades qui n’avaient pas encore été intubés, on a réussi à diminuer l’apport en oxygène. 

Rétablissement plus rapide 

Dernièrement, de nouvelles publications démontrent que des patients très malades à qui on a administré du remdésivir se sont rétablis plus rapidement.  

« On passerait de 15 à 11 jours. Les patients prendraient 4 jours de moins à se rétablir. » 

Certains résultats sont parfois « incohérents », et on n’a cependant pas encore vu la critique des pairs, souligne Mme Bouchard.  

Mais « ça semble encourageant. Si le patient passe quatre jours de moins à l’hôpital, ça va libérer des lits et des respirateurs. Est-ce que c’est la panacée ? Non. De toute évidence, ça ne permet pas de guérir de ce virus. » 

Des échanges ont lieu entre le fabricant Gilead et Santé Canada pour éventuellement permettre l’utilisation du produit. Aux États-Unis, la Food and Drug Administration l’a approuvé d’urgence. 

En ce moment, au Canada, il est disponible en accès spécial pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 18 ans. 

C’est un produit qui est long à produire, par contre. Et on ne connaît pas encore son coût. « Mais au moins, il y a une lumière au bout du tunnel. On commence à voir quelque chose », estime Mme Bouchard. Et c’est peut-être la découverte qui en entraînera une série d’autres, entrevoit la scientifique.   

Ce qu’il faut savoir sur ce médicament  

Fabricant  

  • Gilead  

Comment il agit  

  • Antiviral testé contre le virus Ebola qui pourrait bloquer la réplication du virus causant la COVID-19  

Résultats  

  • A permis de réduire l’apport en oxygène chez les patients malades, mais non intubés 
  • A réduit en moyenne de quatre jours la durée de rétablissement 
  • Plusieurs essais cliniques en cours  

Limites  

  • Les recherches doivent être revues par les pairs​ 
  • Longue période de fabrication 
  • Coût incertain  

Ce qu’en pense le doc Béliveau  

Remdésivir : Les effets thérapeutiques de ce médicament sont vraiment modestes et il ne s’agit certainement pas d’un traitement révolutionnaire, capable de changer à lui seul le cours de la pandémie. Cette molécule mère pourrait cependant servir de point de départ pour le développement d’autres médicaments plus performants.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.