/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

La course aux remèdes: un vaccin à compter de septembre?

Les efforts scientifiques sont considérables à l’échelle de la planète et l’optimisme est en hausse

Coup d'oeil sur cet article

Les recherches concernant un vaccin contre la COVID-19 progressent maintenant à pas de géant. Les premiers vaccins efficaces pourraient commencer à apparaître dès l’automne prochain et entrer en production massive dès le début de 2021. Cela est bien en avance sur l’horizon de développement de 12 à 18 mois qu’on envisageait au mois de février dernier.  

• À lire aussi: COVID-19: notre bilan mensuel de la recherche  

Il s’agit, bien sûr, de prévisions sans garanties de succès, puisqu’on fait face à un ennemi impitoyable qu’est la COVID-19 et dont les mécanismes d’action sont encore mal compris.   

Cette semaine, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a d’ailleurs averti que la maladie pourrait bien ne jamais disparaître de la surface de la planète et qu’il nous faudrait apprendre à vivre avec.   

À l’échelle mondiale, les efforts scientifiques sont, en tout cas, considérables.   

La mobilisation des chercheurs est certainement l’une des plus importantes dans l’histoire humaine.   

Malgré tout, on compte en ce moment huit vaccins potentiels à l’étape des essais sur les humains et 110 en études dites précliniques, selon une recension de l’OMS, mise à jour lundi dernier.   

Voici trois projets prometteurs parmi les vaccins testés actuellement sur les humains.   

1. Université d’Oxford : un traitement dès cet automne  

Les méthodes employées par la vénérable université d’Oxford pour mettre au point un vaccin contre la COVID-19 n’ont rien de traditionnel.   

Le recours à un grand nombre de cobayes humains et des tests sur des singes font en sorte que l’université britannique, fondée il y a presque mille ans, pourrait établir dès le début de l’été prochain si son vaccin potentiel est efficace.   

En septembre, l’université pourrait alors se lancer dans la production initiale de quelques millions de doses, destinées en priorité aux travailleurs de la santé.   

« Leur programme de tests cliniques est très, très rapide », note Emilio Emini, du programme des vaccins de la Fondation Bill et Melinda Gates, en entrevue au New York Times.   

Tests sur des singes  

Des tests sur des macaques rhésus se sont déjà avérés prometteurs.   

Inoculés avec le vaccin de l’université, six de ces singes, dont le système immunitaire et la physionomie sont très proches des humains, ont survécu à des expositions élevées à la COVID-19, alors que d’autres singes non vaccinés sont tombés malades.   

L’université a combiné les phases 1 et 2 des essais cliniques avec des cobayes humains, en employant plus de 6000 volontaires, une pratique jamais vue.   

Si ces étapes sont concluantes, les essais de phase 3, à très grande échelle pour confirmer l’efficacité du vaccin, pourraient démarrer en juin.    

2. La Chine fera des tests au canada  

Un des vaccins potentiels les plus avancés contre la COVID-19 sera bientôt testé sur des volontaires canadiens.   

La compagnie chinoise CanSino Biologics---, qui est associée avec un institut militaire du pays, a été la première au monde à entreprendre des études cliniques de phase 2 avec un vaccin contre le coronavirus.   

Cette semaine, elle a annoncé une entente avec le Centre national de recherches du Canada pour la conduite de tests de phase 2 et 3 à l’université Dalhousie en Nouvelle--Écosse au mois de juin.   

Si le vaccin est efficace – ce qu’on pourrait savoir dès l’automne prochain –, il pourrait être utilisé d’ici la fin de l’année sur une base limitée auprès de travailleurs de la santé canadiens.   

Brevet de fabrication  

À plus long terme, le Canada espère aussi de cette façon obtenir un brevet de fabrication pour le vaccin de la part des Chinois.   

La production pourrait d’ailleurs se faire à Montréal, où le Centre national de recherches vient d’investir 44 millions $ dans ses installations pour mettre à jour une chaîne de production de vaccins.    

3. Une firme du Massachussetts pourrait produire 1 milliard de doses en 2021  

Après avoir été la première au monde à recourir à des cobayes humains pour tester son vaccin potentiel contre la COVID-19, la compagnie Moderna du Massachusetts est sur le point de démarrer les essais cliniques de phase 2.   

L’utilisation d’une méthode scientifique inédite et un généreux financement du gouvernement américain, atteignant un demi-milliard de dollars, permettent à Moderna de progresser rapidement.   

Les essais de phase 2 permettent de faire des tests sur des personnes exposées à la COVID-19. Moderna utilisera 600 participants volontaires pour ces tests.   

« Il s’agit d’une étape cruciale », a souligné le Français Stéphane Bancel, président de la compagnie, dans un communiqué.   

Le vaccin développé par Moderna a été qualifié « d’impressionnant » par le Dr Anthony Fauci, conseiller scientifique du président Donald Trump.   

Si tout fonctionne comme prévu, 1 milliard de doses du vaccin pourraient être fabriquées en 2021.   

Les États-Unis visent un vaccin en début d’année prochaine, selon le Dr Anthony Fauci  

Le Dr Anthony Fauci, un scientifique américain de renom, estime qu’il est « faisable » de produire des millions de doses de vaccin contre la COVID-19 dès le début de 2021. Il est ici photographié avec le président Donald Trump.
Photo d'archives, AFP
Le Dr Anthony Fauci, un scientifique américain de renom, estime qu’il est « faisable » de produire des millions de doses de vaccin contre la COVID-19 dès le début de 2021. Il est ici photographié avec le président Donald Trump.

Le Dr Anthony Fauci, un scientifique américain de renom, croit que des centaines de millions de doses de vaccin contre la COVID-19 pourraient être prêtes dès le début de l’année prochaine.   

« C’est faisable, si les choses tombent en place de la bonne façon », a-t-il affirmé récemment lors d’une entrevue au réseau de télévision ABC.   

La réputation professionnelle du Dr Fauci n’est plus à faire.   

Comme directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, il est un des rares scientifiques américains à avoir tenu tête avec succès au président Donald Trump.   

Mais la position du Dr Fauci est optimiste. De nombreux experts estiment que la mise au point d’un vaccin surviendra plus tard au cours de 2021.   

Propos audacieux  

En outre, ce qu’avance le Dr Fauci est audacieux. Il propose que la production d’un vaccin suffisamment prometteur démarre avant même que les essais sur les humains soient terminés, au risque de se tromper.   

« En d’autres termes, vous n’attendez pas d’avoir une approbation avant de commencer la fabrication », a-t-il expliqué pendant l’entrevue télévisée d’ABC, qui avait été diffusée le 30 avril dernier.   

Le Dr Fauci fait partie du groupe de travail lancé par la Maison-Blanche pour tenter de juguler le coronavirus.   

300 millions de doses  

L’idée d’accélérer de cette façon la production des vaccins est appelée Opération Wrap Speed (en référence à l’émission Patrouille du Cosmos) par le groupe du Dr Fauci.   

Le plan est de produire 300 millions de doses de vaccin au début de 2021. Dans le passé, la mise au point d’un vaccin pouvait prendre de 10 à 15 ans.    

Ce qu’en pense le doc Béliveau  

Course au vaccin : Nous sommes présentement en train de révolutionner la façon de produire un vaccin. On peut espérer obtenir ce qui apparaissait impensable il y a peu de temps, soit un vaccin actif dans une période inférieure à deux ans. Rappelons-nous que ce virus était inconnu il y a six mois ; parvenir à un vaccin aussi rapidement constituerait un exploit scientifique vraiment impressionnant.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.