/sports/football
Navigation

La Ligue canadienne de football en péril?

David Braley
Photo d'archives David Braley

Coup d'oeil sur cet article

Propriétaire des Lions de la Colombie-Britannique depuis 1997, David Braley est sans équivoque: si la saison est complètement annulée dans la Ligue canadienne de football (LCF), le circuit aura beaucoup de mal à survivre. 

• À lire aussi: Henoc Muamba le rassembleur 

• À lire aussi: La LCF dans deux villes seulement? 

• À lire aussi: Douche froide pour les joueurs de la LCF 

L’homme de football canadien, qui a également déjà été propriétaire des Tiger-Cats de Hamilton (1987-1990) et des Argonauts de Toronto (2010-2015), croit effectivement que la pandémie de COVID-19 menace l’existence même de la LCF. 

Braley s’est tout de même montré optimiste, samedi, en entrevue à TSN, qu’il sera possible de présenter une saison écourtée cette année. 

«Je crois qu’il y aura encore du temps à partir du début septembre pour que nous puissions présenter un calendrier de huit à neuf matchs. Je ne crois pas qu’on doive rejeter cette option, car, vraiment, si nous ne jouons pas cette année, il y a de très bonnes chances que nous ne survivions pas.» 

Alors que toutes les organisations de la ligue procèdent à des coupes salariales, Braley rappelle qu’il y a très peu de marge de manœuvre sur le plan financier dans la LCF. 

«Il n’y a pas d’argent, a-t-il lancé. Comment peut-on se permettre de perdre de 5 à 10 M$ par équipe?»