/sports/hockey
Navigation

Pause dans la LNH : Cory Schneider freiné dans son élan

HKN-HKO-SPO-BOSTON-BRUINS-V-NEW-JERSEY-DEVILS
PHOTO D'ARCHIVES Cory Schneider le 16 septembre 2019.

Coup d'oeil sur cet article

La pause dans la Ligue nationale de hockey (LNH) ne pouvait pas arriver à un pire moment pour le gardien des Devils du New Jersey Cory Schneider, qui semblait finalement émerger après un début de saison difficile.

• À lire aussi: Repêchage de la LNH: Yaroslav Askarov, un premier «top 10» depuis Carey Price?

• À lire aussi: «La Ligue nationale les a laissés tricher» -Serge Savard

• À lire aussi: Un jeune gardien qui carbure à la pression

Non réclamé au ballotage en novembre, Schneider a passé une bonne partie de la campagne dans la Ligue américaine de hockey (LAH). De retour avec les Devils en février, le gardien de 34 ans a enregistré une fiche de de 3-0-1 et un pourcentage d’efficacité de ,951 à ses quatre derniers matchs dans la LNH.

«Je me sentais vraiment bien, a-t-il lancé en entrevue à TSN, vendredi. C’était juste quatre matchs, mais c’était excitant pour moi d’être de retour et de bien jouer. J’aurais aimé que ça se produise plus tôt pour que ça me donne du momentum et que je connaisse une meilleure saison. Mais c’était bien de revenir et de montrer que je peux toujours jouer. Je n’étais pas si loin de mon niveau au début (de la saison), mais à l’évidence ça n’a pas tourné comme je le voulais. À la fin, je me sentais plus moi-même.»

Schneider reconnait que les deux dernières saisons ont été difficiles pour lui. C’est vraiment le support de sa famille qui lui a permis de s’accrocher.

«Ils ont payé le prix ces deux dernières années. Soit j’étais partie parce que j’étais rétrogradé ou parce que je voyageais. Ça a été deux années bizarres pour nous et ils m’ont beaucoup supporté. C’était bien de revenir, d’être à la maison et qu’ils puissent me voir jouer. De leur montrer que je pouvais toujours le faire, ça a été une grande motivation pour moi.»

Des choses à prouver

En fait, le gardien originaire du Massachusetts voulait convaincre un peu tout le monde qu’il avait toujours sa place dans la LNH. «Je voulais prouver que, même à mon âge, je peux toujours bien jouer et être efficace. Peut-être pas de la même manière qu’au début de ma carrière, mais autrement. Je voulais prouver que je pouvais encore apporter quelque chose aux Devils autant sur la glace qu’à l’extérieur.»

La longue pause pourrait maintenant compliquer les choses pour Schneider. Elle lui posera certainement des défis différents qu’aux joueurs plus jeunes.

«Si on ne revient pas cette année et que la prochaine saison ne commence pas avant décembre ou janvier, ça fait environ 9 à 10 mois sans jouer un match. Pour un gars qui joue à ma position, à mon âge, c’est long. Le jeu devient un plus difficile en vieillissant. Les plus jeunes pourront probablement reprendre et retrouver leurs marques plus rapidement.»