/news/consumer
Navigation

Production alimentaire: le poulet et le porc haché ont la cote

POLAND-CHICKENS-FARM-FOOD-ANIMAL
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dès le début de la crise, il y a une hausse marquée de l’intérêt envers les viandes du Québec. Du moins, chez Viandes de la ferme, une grande vitrine et un entremetteur en ligne entre les consommateurs et les éleveurs d’ici. 

«Tout ça a commencé quand on a entendu parler qu’il manquait de papier de toilette dans les supermarchés, explique Catherine Moreau, présidente et directrice générale des Viandes de la ferme. Les gens se sont dit "est-ce que je vais manquer de nourriture?" On a senti, dès cette semaine-là, une augmentation de nos commandes et les gens nous posaient beaucoup plus de questions.» 

Vif engouement

Habituée de gérer 25 à 30 commandes par semaine, l’équipe a dû être créative afin de répondre à la forte demande qui s’est élevée jusqu’à 250 demandes hebdomadairement. Un bon vertigineux qui a même mené à la location d’entrepôt pour réfrigérer les différents produits. 

Deux d’entre eux ont d’ailleurs davantage retenu l’attention des consommateurs au cours des dernières semaines. 

S’il se vend bien tout au long de l’année, le poulet – dont le plus gros partenaire est la Ferme des Voltigeurs, à Drummondville – s’est encore démarqué. «Tout ce qui est volaille reste pour nous un grand vendeur parce que les gens vont l’utiliser à plusieurs sauces, que ce soit pour un sauté avec des légumes ou sur le barbecue», précise Catherine Moreau. 

La demande pour le porc haché a également été très importante. «Le porc haché Du Breton est aussi quelque chose qu’on a vendu davantage dans les dernières semaines parce que les gens vont peut-être cuisiner le porc qui est moins dispendieux que le boeuf, ajoute-t-elle. Et ça reste un produit local.» 

En expansion

Située à Repentigny, dans Lanaudière, l’entreprise Viandes de la ferme étend sa livraison à Montréal, mais aussi sur la Rive-Sud, un marché qui s’est grandement développé depuis la mi-mars, à la surprise de Catherine Moreau. La région de Québec a aussi largement contribué au développement des affaires. 

Deux ans et demi après sa création, la compagnie est passée de deux à une dizaine d’employés qui mettent la main à la roue. Elle pourrait encore devoir embaucher dans un avenir rapproché. 

Pour commander: viandesdelaferme.com. 

D’autres entreprises pour acheter en gros 

Canabec (Saint-Augustin-de-Desmaures)

Tout amateur de gibier sera comblé grâce à une longue liste de produits dans laquelle se côtoient autruche, bison, cerf, kangourou et sanglier. 

www.canabec.net

Viandes à rabais (Québec)

Entreprise proposant une vaste sélection comprenant du filet mignon, du magret de canard et même du chevreau et du cheval. 

www.viandesarabais.com 

Aliments C&K (Saint-Apollinaire)

Ici, on tombe dans la nourriture dite «haut de gamme». Si on délie les cordons de la bourse, on peut entre autres opter pour des filets mignons AAA vieillis 40 jours. 

www.alimentsck.com 

Les Viandes Highland (Outaouais)

Dans l’un ou l’autre des huit coffres – de celui consacré au week-end à celui destiné au carnivore –, le boeuf est à l’honneur avec diversité et quantité. 

www.highlandlotbiniere.com