/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: la crise du logement pourrait s’accentuer

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie va aggraver la crise du logement, que vivaient déjà Montréal et d’autres villes au Québec avant, selon le milieu communautaire et des syndicats. 

«Quand on perd la moitié de son revenu ou que nos dépenses d’épicerie augmentent drastiquement, le prix élevé du loyer devient un problème encore plus criant. La maladie a aussi tendance à se répandre plus facilement dans des milieux surpeuplés où l’équilibre sanitaire est déjà fragile», peut-on lire dans un communiqué envoyé lundi par le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), appuyé par 25 autres groupes dans sa démarche. 

On craint que le nombre d’évictions augmente lorsque l’urgence sanitaire, qui rend extrêmement difficile le renvoi de locataires actuellement, sera levée. 

«Ce qui aurait pour conséquence potentielle d’alimenter la crise sanitaire: les gens à la rue risqueraient d’être exposés au virus», a insisté l’organisme qui défend les droits des locataires. 

Dans ce contexte, le FRAPRU et ses alliés demandent au gouvernement Legault d’inclure la construction de logements sociaux dans son énoncé économique, prévu pour la fin juin. 

Le FRAPRU estime les besoins à 10 000 nouveaux logements sociaux et communautaires, seulement pour cette année. 

Même avant la crise du coronavirus, les pénuries de logements abordables poussaient plusieurs ménages à payer plus que recommandé pour se loger. 

Environ 200 000 foyers québécois consacrent plus de 50% de leurs revenus à payer leur bail, a rappelé le FRAPRU. Or, le seuil jugé sain au Canada est de 30%.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.